Belarus, le droit à un procès équitable doit être respecté

Les autorités bélarussiennes doivent respecter le droit de l’ancien prisonnier d’opinion Dzmitry Paliyenka à un procès équitable et veiller à ce que son audience soit ouverte au public.

« Les poursuites engagées contre Dzmitry Paliyenka s’inscrivent dans une longue série de mesures de harcèlement prises par les autorités en raison de ses activités militantes. Les autorités bélarussiennes doivent abandonner toutes les accusations portées contre lui qui découlent de l’exercice pacifique de son droit à la liberté d’expression et ouvrir son procès au public et aux médias, a déclaré Aisha Jung, chargée de campagne à Amnesty International.

« Malgré le harcèlement constant qui l’a conduit à purger deux ans dans une colonie pénitentiaire simplement pour avoir protesté de manière pacifique, Dzmitry Paliyenka n’a pas renoncé à militer. Il semble que ce soit pour ce motif que les autorités bélarussiennes l’aient pris pour cible avec une nouvelle salve d’infractions pénales. Après avoir examiné son dossier, Amnesty International a conclu qu’au moins trois accusations portées à son encontre sont illégitimes et devraient être abandonnées sur-le-champ.

« La responsabilité revient aux autorités bélarussiennes de démontrer que les allégations débouchant sur une quatrième accusation de houliganisme malveillant sont fondées et que la culpabilité de Dzmitry Paliyenka est établie au-delà de tout doute raisonnable. Jusqu’à présent, leur décision de tenir le procès à huis clos suscite de vives interrogations quant aux motivations réelles de cette accusation. »

Complément d’information

Le 20 mars 2019, Dzmitry Paliyenka a été arrêté car soupçonné de houliganisme malveillant à la suite d’un événement au cours duquel il aurait utilisé du gaz poivre contre une autre personne. L’usage de gaz poivre en cas de légitime défense est légal au Belarus. Dzmitry Paliyenka assure qu’il a agi en état de légitime défense.

Il fait l’objet de trois autres accusations pénales : « outrage à un représentant des autorités », « incitation à la haine ou à l’inimitié raciale, ethnique, religieuse ou sociale » et « dégradation de bâtiments et dégâts matériels » - en lien avec un graffiti qu’il a peint sur un mur. Amnesty International estime que ces inculpations découlent uniquement de l’exercice pacifique de son droit à la liberté d’expression et concordent avec les actes de harcèlement que Dzmitry Paliyenka endure depuis de nombreuses années.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.