Belgian Pride : Amnesty a défilé pour tous ceux qui ne peuvent pas le faire

Ce samedi 19 mai, quelque cent militants d’Amnesty International, coiffés de casques jaunes et munis de boucliers, ont défilé à la Belgian Pride à Bruxelles pour toutes les personnes lesbiennes, gay, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) qui, dans de nombreux endroits du monde, ne peuvent le faire en raison de discriminations, d’attaques et de persécutions.

« La Pride est une occasion particulière pour toutes les personnes LGBTI d’exprimer leur fierté d’être qui ils sont. Malheureusement, c’est loin d’être possible partout sur la planète. Nous considérons que chaque individu, quelle que soit son orientation sexuelle ou son genre, a le droit de s’exprimer librement et doit pouvoir être lui-même sans peur et être libre d’aimer. Ce samedi, nous défilerons pour faire entendre la voix de tous ceux qui sont contraints de se taire parce que leur différence n’est pas acceptée par leurs gouvernements ou leurs sociétés », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Les défilés LGBTI tels que la Belgian Pride sont interdits dans de nombreux pays. C’est le cas notamment en Russie, en Arabie saoudite, en Ouganda et depuis peu en Turquie. Par ailleurs, les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont punissables dans septante-deux pays, et peuvent être passibles de la peine de mort dans huit d’entre eux.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !