Belgique, accueil de mineurs non accompagnés : un pas dans la bonne direction

Amnesty International se réjouit de l’adoption ce mercredi par le Commission des Relations extérieures du Parlement fédéral belge d’une résolution visant à l’accueil par la Belgique de demandeur·se·s d’asile mineur·e·s non accompagné·e·s en provenance des îles grecques.

« Il s’agit d’un premier pas important vers un principe de solidarité entre les États membres de l’Union européenne, explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. Nous attendons en outre de la Belgique et des autres pays européens qu’ils prennent leurs responsabilités en coopérant avec la Grèce pour relocaliser les personnes les plus vulnérables toujours coincées sur les îles grecques dans des conditions sanitaires désastreuses. »

Outre ces demandes, l’organisation de défense des droits humains réclame également pour la Grèce une aide financière et humanitaire pour protéger les migrant·e·s et demandeur·se·s d’asile contre le COVID-19. Une pétition portant ces recommandations a été remise le 17 avril dernier à la Première ministre, Sophie Wilmès, et à son homologue grec, Kyriakos Mitsotakis.

Plusieurs mineur·e·s non accompagné·e·s présent·e·s sur îles grecques ont récemment été évacué·e·s vers le continent. Certain·e·s d’entre eux·elles ont déjà été relocalisé·e·s au Luxembourg et en Allemagne. Le Portugal, la Croatie, la Finlande, la Lituanie, l’Irlande et la France se sont également engagé·e·s à relocaliser des mineur·e·s non accompagné·e·s.

PNG

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition