Belgique. Centres fermés pour étrangers : une enquête indépendante est nécessaire

L’article publié ce 16 novembre dans l’hebdomadaire Ciné Télé Revue, qui
relate les propos de quatre agents du centre fermé de Vottem, près de Liège,
et qui fait état des mauvais traitements et violations graves des droits de
certains résidents du centre, ne peut que susciter de graves inquiétudes
pour toutes les personnes soucieuses du respect des droits humains, a
déclaré Amnesty International.

Amnesty International demande au Ministre de l’Intérieur de mener, dans les
délais les plus courts possibles, une enquête indépendante sur les faits
allégués, d’en publier les conclusions et de faire traduire, le cas échant,
les responsables en justice. Cette étude devrait porter en outre sur les
opérations d’éloignement qui auraient été menées par les agents de l’Etat
avec violence. Amnesty International a régulièrement fait part de ses
préoccupations par rapport à des allégations de violences lors d’opérations
de rapatriement.

Etant donné la gravité des faits allégués, Amnesty International exhorte le
gouvernement à étendre cette enquête aux autres centres fermés du territoire
belge. A cet égard, Amnesty International rappelle que les centres fermés
ont fait tout récemment l’objet d’un état des lieux très critique de
plusieurs organisations belges (1).
Elle appuie les recommandations qui figuraient dans ce rapport, et notamment
celles concernant les aspects médicaux et psychologiques de la détention,
ainsi que le recours à la force lors des tentatives d’expulsions.

(1) État des lieux sur les centres fermés pour étrangers ; Aide aux
Personnes Déplacées, Caritas International Belgique, le CIRÉ, le Centre
Social Protestant, Jesuit Refugee Service Belgium, la Ligue des Droits de
l’Homme asbl, le MRAX, Point d’Appui, le Service Social de Solidarité
Socialiste, et Vluchtelingenwerk Vlaanderen du 19 octobre 2006

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.