Belgique : Le retour forcé sans analyse de risque individuel est inacceptable

Le tribunal de première instance de Liège a interdit aujourd’hui l’expulsion des ressortissants soudanais détenus au centre fermé de Vottem.

« Le jugement stipule à juste titre que les décisions prises quant à ces expulsions n’ont pas fait l’objet d’une enquête appropriée et ne sont pas motivées. Les autorités belges doivent s’assurer qu’il n’existe pas pour chaque ressortissant soudanais, à son retour, des risques de graves violations des droits humains. Cela n’a pas été le cas ici. Il s’agit d’une violation flagrante du droit international. », a déclaré Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

« Les ressortissants soudanais ne peuvent être contraints au retour tant que les autorités belges ne peuvent prouver qu’une telle analyse de risque a été correctement effectuée pour chaque cas individuel. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition