Belgique : Le retour forcé sans analyse de risque individuel est inacceptable

Le tribunal de première instance de Liège a interdit aujourd’hui l’expulsion des ressortissants soudanais détenus au centre fermé de Vottem.

« Le jugement stipule à juste titre que les décisions prises quant à ces expulsions n’ont pas fait l’objet d’une enquête appropriée et ne sont pas motivées. Les autorités belges doivent s’assurer qu’il n’existe pas pour chaque ressortissant soudanais, à son retour, des risques de graves violations des droits humains. Cela n’a pas été le cas ici. Il s’agit d’une violation flagrante du droit international. », a déclaré Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

« Les ressortissants soudanais ne peuvent être contraints au retour tant que les autorités belges ne peuvent prouver qu’une telle analyse de risque a été correctement effectuée pour chaque cas individuel. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse