Belgique, Propos racistes tenus par des policiers dans des groupes Facebook

La presse révèle aujourd’hui que des groupes Facebook baptisés "Thin Blue Line" et "PZA", regroupant entre autres des policiers, ont reproduit des stéréotypes racistes et explicitement déclaré qu’ils allaient cibler certains groupes minoritaires. Le fait que des membres des forces de l’ordre tiennent ce type de propos de manière explicite et sans rencontrer de contradiction fait craindre que la lutte contre le profilage ethnique au sein de la police ait encore un long chemin à parcourir.

« Il est inquiétant de constater que, même du point de vue des cadres, il n’y a pratiquement pas de réaction aux déclarations très problématiques, voire carrément racistes. Ce faisant, ils donnent implicitement le signal que de telles déclarations (et comportements) sont acceptables, ce qui est très dommageable pour la culture et les opérations policières », déclare Eveline Vandevelde, Coordinatrice de la campagne « Pas Normal ! Stop au profilage ethnique ». Si des cadres supérieurs de la police sont effectivement également membres de ces groupes, il est incompréhensible que ce genre de déclarations soit tolérées. Un rapport du Comité P sur le racisme au sein de la zone de police d’Anvers (2014) a montré l’importance du rôle des cadres intermédiaires et supérieurs pour fixer des normes et tracer des limites.

« La nuit dernière, les administrateurs du groupe Facebook fermé "Thin blue line" ont signalé qu’il avait été supprimé. Mais il est important que ces groupes fassent l’objet d’une enquête indépendante et que des mesures appropriées soient prises contre les comportements et les déclarations qui violent autant l’éthique policière que la loi », déclare Eveline Vandevelde.

« Si des mesures ont déjà été prises contre les déclarations problématiques et racistes faites par les policiers actifs dans les groupes, nous nous interrogeons sur les prochaines mesures qui vont être entreprises. Contrairement à ce qu’indiquait récemment le Ministre de l’Intérieur, il semblerait bien qu’il existe un problème de racisme au sein de la police », conclut Eveline Vandevelde.

Toutes les infos
Toutes les actions

Protégez les manifestants au Bélarus

Signez la pétition pour la protection des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Bélarus