Bénin : Demande de commutation de 14 peines de mort

Les autorités béninoises doivent commuer les peines de mort prononcées contre 14 hommes compte tenu de l’arrêt rendu en 2016 par Cour constitutionnelle, qui abolit dans les faits la peine capitale pour tous les crimes dans le pays, a déclaré Amnesty International le 5 juillet à l’occasion du 5e anniversaire de l’adhésion du Bénin au traité des Nations unies visant à l’abolition de la peine de mort.

L’organisation demande également aux autorités de fournir aux condamnés à mort une nourriture et des soins médicaux suffisants, et de veiller à ce que la législation nationale soit révisée et réformée afin que toutes les dispositions relatives à la peine capitale soient supprimées dans toutes les lois concernées, pour tous les crimes.

« L’arrêt rendu l’an dernier par la Cour constitutionnelle qui a dans les faits aboli la peine de mort pour tous les crimes au Bénin est tout à fait remarquable et progressiste. Malgré cela, la situation des 14 condamnés à mort détenus dans des conditions déplorables depuis près de deux décennies n’a pas changé, a déclaré Oluwatosin Popoola, conseiller d’Amnesty International sur la peine de mort

« Les autorités ne peuvent pas continuer de maintenir ces hommes dans le quartier des condamnés à mort alors que la Cour a aboli la peine capitale ; des mesures doivent être prises de toute urgence pour mettre fin à l’incertitude dans laquelle se trouvent ces hommes, au moyen de la commutation de leur peine de mort  ».

Ces 14 hommes sont les derniers accusés à avoir été condamnés à mort au Bénin. Ils sont tous emprisonnés depuis 18 à 20 ans. Le gouvernement béninois dit qu’il ne les exécutera pas, mais il n’a pas commué leurs peines de mort. Leurs conditions de détention sont très dures car ils sont tenus à l’écart des autres prisonniers, et sont tous détenus dans une unique cellule. La dernière exécution connue au Bénin remonte à 1987.

Amnesty International s’oppose en toutes circonstances et sans aucune exception à la peine de mort, quelles que soient la nature et les circonstances du crime commis, la culpabilité ou l’innocence ou toute autre situation du condamné, ou la méthode utilisée pour procéder à l’exécution. La peine de mort est une violation du droit à la vie et constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées