BOLIVIE - La solution à la crise se trouve dans le respect des droits humains

Index AI : AMR 18/004/2005

La gravité de la situation à laquelle le pays est confronté exige que les autorités et l’ensemble de la société fassent front commun pour trouver des solutions qui soient conformes à la Constitution et aux normes internationales en matière de droits humains. La pérennité de l’État de droit en Bolivie en dépend. Cette démarche est de la responsabilité de tous, a déclaré aujourd’hui Virginia Shoppee, chercheuse d’Amnesty International sur la Bolivie.

Ces dernières semaines ont vu se multiplier les manifestations de grande ampleur et les barrages routiers organisés en protestation contre l’adoption par le Congrès d’une nouvelle loi sur les hydrocarbures.

Certains acteurs sociaux réclament la nationalisation de l’industrie pétrolière tandis que plusieurs régions, les départements du Béni, de Santa Cruz, de Pando et de Tarija, notamment, demandent une plus grande autonomie.

Par ailleurs, des confrontations entre manifestants et forces de sécurité ont été signalées.

Des organisations non gouvernementales de défense des droits humains, l’Église et un médiateur ont appelé les différentes composantes du gouvernement et de la société civile à nouer le dialogue et à entamer des négociations.

« Il est à craindre que la poursuite des affrontements ne débouche sur une période marquée par la violence, les manœuvres de harcèlement et la polarisation, ce qui compromettrait gravement la protection des droits humains de l’ensemble de la population. »

Amnesty International prie instamment les autorités boliviennes et l’ensemble de la société d’appliquer sans délai quelques mesures fondamentales afin de sauvegarder l’État de droit et la conduite des affaires publiques.

L’organisation a exhorté les groupes contestataires à se montrer responsables et à choisir des méthodes et tactiques de protestation qui ne portent pas atteinte aux garanties constitutionnelles ; elle a également demandé aux forces de sécurité d’agir dans le strict respect des normes relatives au recours à la force dans le contexte des manifestations.

Amnesty International a en outre engagé la communauté internationale - et en particulier les organismes régionaux et internationaux de défense des droits humains - à coopérer afin d’aider à résoudre la crise, et à mettre à disposition les mécanismes et ressources qui permettront d’observer la situation des droits humains en Bolivie et d’éviter qu’elle ne se détériore.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter le Service Presse d’Amnesty International, au 02 543 79 04, ou consulter les sites http://www.amnesty.be et http://www.amnesty.org.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.