Communiqué de presse

Brésil. Amnesty International demande au gouvernement de protéger les Afro-Brésiliens contre les violences racistes et salue l’appui des autorités à la création d’une institution nationale des droits humains Le Conseil des droits de l’homme adopte les conclusions de l’Examen périodique universel sur le Brésil.

Amnesty International salue l’implication constructive du Brésil dans les travaux de l’Examen périodique universel (EPU), notamment sur le plan des consultations auprès de la société civile en amont de la session du Groupe de travail et du compte rendu qui a suivi. L’organisation salue également l’engagement pris par le pays d’associer la société civile au suivi de l’EPU.

Amnesty International se réjouit par ailleurs du soutien apporté par le Brésil à la recommandation lui demandant d’enquêter de manière exhaustive et impartiale sur les informations faisant état de violations des droits humains commises par des responsables de l’application des lois, y compris par des fonctionnaires n’étant pas en service, et d’amener les responsables présumés à rendre compte de leurs actes .

Lors de la session du Groupe de travail de l’EPU, le Brésil a relevé une « augmentation du nombre de personnes qui s’identifiaient comme Noirs ». Ce phénomène ne s’est toutefois pas accompagné d’un renforcement de la protection contre les violences liées au racisme. Amnesty International déplore que le Brésil soit touché par une « épidémie d’indifférence » face aux morts violentes qui frappent les jeunes. Entre 1981 et 2010, plus de 176 000 personnes âgées de moins de 19 ans ont été tuées au Brésil. Des études récentes ont montré que l’immense majorité des victimes étaient des hommes noirs pauvres . L’assassinat récent de neuf jeunes de la région métropolitaine de Rio de Janeiro par des bandes criminelles liées au trafic de drogue n’est pas une tragédie isolée, mais s’inscrit dans un schéma établi de violences dirigées contre les Afro-Brésiliens.

Nous demandons au gouvernement de prendre de toute urgence des initiatives fortes pour mettre un terme à ces violences et aux autres violations graves des droits humains dont sont victimes les groupes vulnérables de la société brésilienne, comme les populations indigènes.

Amnesty International salue le soutien du Brésil à la recommandation visant à établir une institution nationale des droits humains conformément aux Principes de Paris . L’organisation relève cependant que 18 années se sont écoulées depuis que cette discussion a commencé, et exhorte le Brésil à instaurer maintenant sans délai une institution forte et indépendante.

Complément d’information

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté les conclusions de l’Examen périodique universel sur le Brésil le 20 septembre 2012, lors de sa 21e session. Avant cette adoption, Amnesty International a fait la déclaration orale ci-dessus. L’organisation avait auparavant communiqué des informations sur la situation des droits humains au Brésil :
http://www.amnesty.org/en/library/info/AMR19/019/2011/en

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse