Communiqué de presse

Brésil. « Carton jaune » pour la police militaire après une répression brutale

Les promesses des autorités brésiliennes affirmant que l’ouverture de la Coupe du monde serait une célébration mondiale sonnent creux, la police ayant réprimé avec brutalité des manifestants pacifiques à São Paulo, blessant au moins deux journalistes, a déclaré Amnesty International.

« Nous donnons un carton jaune à la police militaire de São Paulo, qui a attaqué des manifestants pacifiques au lieu de garantir le droit de manifester et la sécurité des participants, a déclaré Atila Roque, directeur d’Amnesty International Brésil.

« Les autorités brésiliennes doivent sans délai enquêter sur les raisons de ce recours à une force excessive contre des manifestants pacifiques, traduire en justice les responsables présumés et veiller à ce que cela ne se reproduise pas. »

Selon des témoins, la police militaire a projeté du gaz lacrymogène et lancé des grenades assourdissantes sur des manifestants non violents à São Paulo, à environ 10 kilomètres du stade où allait se dérouler le match d’ouverture de la compétition le soir même.
Parmi les blessés se trouve le producteur local de la chaîne de télévision internationale CNN.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées