Brésil. Pression internationale pour élucider l’assassinat de Marielle Franco

Il est essentiel de renforcer la pression exercée par les militants à travers le monde sur les autorités brésiliennes pour que soit élucidé l’assassinat de l’élue et militante des droits humains Marielle Franco et de son chauffeur, Anderson Gomes ; Marielle Franco a été abattue à Rio de Janeiro il y a deux mois.

« Faute de solidarité internationale, nous craignons que l’assassinat tragique de Marielle ne soit jamais élucidé. Deux mois se sont depuis écoulés, et nous devons rester mobilisés pour montrer aux autorités brésiliennes que les gens ici et là à travers le monde ne se tairont pas tant que justice n’aura pas été rendue, a déclaré Jurema Werneck, directrice exécutive d’Amnesty International Brésil. Chaque jour qui passe sans que des avancées aient été réalisées incite davantage encore à douter de l’efficacité de l’enquête. Nous ne pouvons pas laisser cette affaire non élucidée. Qui a tué Marielle et Anderson, et qui a ordonné ces assassinats ? Ces questions ne doivent pas rester sans réponse. »

« Nous savons que l’enquête est menée avec sérieux et nous espérons qu’elle se poursuivra de cette façon jusqu’à ce que nous obtenions des réponses concrètes, et ce pas uniquement pour la famille mais aussi pour le reste du monde. Nous devons continuer de nous battre », a ajouté la mère de Marielle, Marinete da Silva.

Marielle était une défenseure des droits humains de premier plan, connue pour son travail de campagne en faveur des droits des personnes LGBTI et des femmes noires, et aussi pour avoir dénoncé les violences policières et les exécutions extrajudiciaires commises dans les favelas de Rio de Janeiro. Elle a été élue au conseil municipal de la ville en 2016 et, quelques jours avant son assassinat, elle avait été nommée rapporteuse d’une commission chargée de surveiller l’intervention des services fédéraux dans le domaine de la sécurité publique à Rio de Janeiro.

Marielle et Anderson ont été tués alors qu’ils revenaient en voiture d’un débat public, le 14 mars. Au moins 13 coups de feu ont été tirés, dont quatre ont touché Marielle Franco à la tête. De récentes informations publiées par la presse brésilienne indiquent que cinq caméras de surveillance qui auraient dû enregistrer les faits avaient été désactivées la veille de cet assassinat.

« Tant que nous en aurons la force, nous réclamerons justice, et pour cela nous descendrons dans la rue et occuperons les espaces publics. Ma sœur faisait partie de la résistance et nous ferons de même jusqu’à la fin », a déclaré Anielle Francisco da Silva, la sœur de Marielle.

« Elle n’avait peur de rien. Elle ne se cachait jamais. Elle était en première ligne, faisant toujours front. Elle était très brave et courageuse. Ceux qui l’ont tuée sont tout le contraire de cela », a ajouté le père de Marielle, Antonio Francisco da Silva Neto.

L’assassinat de Marielle a déclenché des manifestations de masse au Brésil et dans le reste du monde. Plus de 12 000 personnes ont signé une pétition d’Amnesty International réclamant une enquête indépendante et impartiale.

« Ceux qui tuent des défenseurs des droits humains cherchent à nous réduire au silence. L’impunité alimente le cycle de la violence et met en danger d’autres militants et responsables locaux. Nous demandons aux autorités de veiller à ce que cette enquête soit exhaustive et efficace, et invitons tout le monde à signer notre pétition pour lancer ce même appel à la justice. Nous le devons à nous-mêmes et à Marielle », a déclaré Jurema Werneck.

Pour en savoir plus :

Brésil. Les autorités doivent traduire en justice tous les responsables présumés de la mort de Marielle Franco (nouvelle, 13 avril 2018)

Brésil. Les autorités doivent enquêter sur l’homicide de Marielle Franco, défenseure des droits humains (nouvelle, 15 mars 2018)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition