BRÉSIL : Il faut protéger les défenseurs des droits humains

Plus de cinq ans après l’homicide de son fils, l’avocate Elma Novais de la
ville de Caruaru, dans l’État de Pernambouc, mène toujours son combat pour
que les responsables de cet acte soient traduits en justice. Le 16 novembre
prochain, quatre membres de la police militaire de l’État de Pernambouc
répondront de cet homicide - et d’autres - devant le tribunal. Il est à
espérer que ce procès mettra un terme aux menaces, aux angoisses et aux
souffrances qu’Elma Novais a dû subir avec sa famille depuis la mort de son
fils, et que d’autres crimes du même genre ne resteront pas impunis.
Cependant, certains précédents ne laissent pas beaucoup d’espoir.

Le combat d’Elma Novais pour faire traduire les policiers inculpés en
justice lui a coûté très cher. Avec ses enfants, elle a subi des menaces,
des intimidations, des arrestations arbitraires et des agressions physiques.
Bien que sa campagne lui ait valu un soutien national et international
considérable, sa situation continue de susciter de très graves inquiétudes.
Après la demande de la Commission interaméricaine des droits de l’homme pour
que des mesures de précaution soient prises dans cet affaire, Elma Novais a
reçu une protection de membres de la police fédérale, mais ses enfants n’ont
reçu qu’une protection limitée.

Certains policiers sont accusés d’appartenir à un « escadron de la mort »
dans la ville de Caruaru ; cette organisation entretiendrait des liens
étroits avec le crime organisé dans cette ville. Selon certaines
informations reçues par Amnesty International avec la plus vive inquiétude,
les policiers officiellement en détention préventive dans des bâtiments de
la police militaire pouvaient aller et venir à leur guise.

Ceci leur aurait permis non seulement de continuer à menacer et intimider
Elma Novais et sa famille, mais aussi d’entretenir un climat de peur dans
toute la ville, qui a dissuadé de nombreuses personnes de soutenir Elma
Novais dans cette affaire.

Elma Novais montre le même courage que de nombreux défenseurs des droits
humains, travaillant dans tout le pays pour défendre les droits de tous les
Brésiliens, des hommes et des femmes qui font face au crime organisé et à
des responsables corrompus, risquant leur réputation, leur sécurité ou leur
vie. Le lancement récent par le gouvernement fédéral de son programme pour
la protection des défenseurs des droits humains reconnaît l’importance de
leur contribution dans le combat pour que toutes les couches de la société
disposent d’un accès égal à la justice et au droit de vivre dans la paix et
la sécurité. Cependant, le gouvernement fédéral doit faire en sorte que ceux
qui défendent les droits humains, comme Elma Novais, puissent continuer à
lutter pour la justice sans crainte, en leur garantissant les protections
nécessaires et en demandant des comptes à ceux qui menacent et tuent les
défenseurs des droits humains.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.