Communiqué de presse

Burkina Faso. Le recours excessif à la force contre les manifestants doit cesser

Au Burkina Faso, les autorités doivent contrôler les forces de sécurité qui ont fait un usage excessif de la force pour réprimer des manifestations pacifiques contre le gouvernement, a déclaré Amnesty International vendredi 31 octobre.

Selon les informations dont dispose Amnesty International, au moins trois personnes auraient été tuées lors des manifestations, et des dizaines de manifestants auraient été blessés par des tirs depuis le début des troubles, le 30 octobre.

« Le recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques est inacceptable et les autorités de transition doivent de toute urgence prendre des mesures pour contrôler les forces de sécurité », a déclaré Gaëtan Mootoo, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest au sein d’Amnesty International.

« Tout usage de la force dans le cadre du maintien de l’ordre lors de manifestations doit respecter le droit international, même si la manifestation dégénère en violences. Il semble, au vu des informations faisant état de morts et de blessés, que les forces de sécurité n’ont pas tenu compte de ces principes de base. »

« Il est essentiel que les responsables des homicides et des passages à tabac de manifestants, de journalistes et d’autres civils soient identifiés et tenus de rendre des comptes. Les autorités aux plus hauts niveaux doivent annoncer clairement et publiquement que le recours excessif à la force ne saurait être toléré », a affirmé Gaëtan Mootoo.

Des manifestants sont descendus dans la rue à Ouagadougou et dans d’autres villes du pays jeudi 30 octobre pour protester contre une tentative de modification de la Constitution de la part du président Blaise Compaoré, qui a démissionné depuis. Au pouvoir depuis longtemps, il souhaitait être autorisé à briguer un nouveau mandat.

Les forces de sécurité ont lancé des bombes lacrymogènes contre des manifestants pénétrant dans l’assemblée nationale. Ce bâtiment, comme d’autres du gouvernement, a été pillé et brûlé.

À Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, des manifestants ont mis à sac plusieurs bâtiments, notamment la mairie et la maison du maire. Selon un témoin, qui se trouvait dans le quartier Ouaga 2000 de Ouagadougou pendant les manifestations, des hommes en uniforme kaki auraient attaqué des manifestants.

« Ils ont commencé à les frapper avec des cordes, puis ils ont tiré à balles réelles. J’ai vu trois manifestants tomber devant moi. L’un d’eux était mort. J’ai pu prendre une photo sur laquelle on voit les balles qui l’ont tué quand on lui a tiré dans la poitrine », a expliqué le témoin.

Un journaliste a déclaré à Amnesty International qu’il avait été arrêté à un barrage routier dans la capitale par des soldats qui « [l’]ont frappé chacun à leur tour avec des matraques ». Le droit international interdit aux agents des forces de l’ordre de recourir à la force, sauf en cas de stricte nécessité et dans la mesure requise pour l’exercice de leur devoir.

Des manifestants ne devraient pas être arrêtés ni poursuivis pour avoir exercé, de manière pacifique, leur droit à la liberté d’expression et d’association tel que garanti par la Constitution nationale et les traités nationaux et internationaux ratifiés par le Burkina Faso.

Le président Blaise Compaoré a diffusé ce vendredi après-midi un communiqué annonçant sa démission et appelant au calme.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.