Communiqué de presse

Cameroun. Des centaines de personnes abattues par Boko Haram

0. Aucune réponse des autorités camerounaises à la suite des lettres d’Amnesty International concernant les résultats de ses recherches sur les violations des droits humains et demandant des informations.

6. Nombre de lettres envoyées depuis juillet 2015 aux autorités camerounaises pour exprimer des préoccupations et demander des informations à jour. Parmi les destinataires figurent le ministre de la Justice, le ministre de la Défense, le chef de l’Armée dans la région de l’Extrême-Nord, les chefs de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale, ainsi que le secrétaire général de la Présidence.

13. Boko Haram a utilisé des adolescentes de 13 ans pour commettre des attentats-suicides.

16. Nombre de civils, dont deux enfants, tués lors de l’attaque de Boko Haram contre la ville de Bia, le 17 avril 2015. Plus de 150 maisons ont également été incendiées à cette occasion.

25. Selon les autorités camerounaises, nombre d’hommes morts en détention dans deux cellules de fortune, la nuit du 27 au 28 décembre 2014, après leur arrestation dans les villages de Magdeme et Doublé. Des témoins oculaires disent que le nombre pourrait être plus élevé, et les autorités doivent encore fournir les noms des morts et indiquer où se trouvent les corps. On reste sans nouvelles de 130 hommes arrêtés au cours du raid.

30. Nombre de civils tués, avec 8 membres des forces de sécurité, par Boko Haram dans le village d’Amchidé, en octobre 2014.

33. Au moins 33 personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées dans la ville de Maroua, après trois attentats-suicides attribués à Boko Haram, entre les 22 et 25 juillet 2015. Il y a eu sept attentats-suicides à la bombe dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun depuis juillet 2015.

40. Nombre de prisonniers qui auraient trouvé la mort dans la prison de la Maroua entre mars et mai 2015

84. Nombre d’enfants – âgés de moins de dix ans pour plus de la moitié – détenus illégalement pendant six mois dans un centre pour enfants à la suite d’une descente des forces de sécurité camerounaises dans la ville de Guirvidig.

200. Au moins 200 hommes et garçons ont été arrêtés le 27 décembre 2014 au cours d’une opération de ratissage des forces de sécurité camerounaises dans les villages de Magdeme et Doublé.

380. Au moins 380 civils ont été tués pendant le conflit entre Boko Haram et les forces de sécurité camerounaises depuis janvier 2014, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

1 000. Depuis janvier 2014, les forces de sécurité camerounaises ont arrêté au moins 1 000 personnes soupçonnées de soutenir Boko Haram.

2 000. Au moins 2 000 soldats de la BIR (Bataillon d’intervention rapide) ont été déployés depuis août 2014 aux côtés des forces de la BIM (Bataillon d’infanterie motorisée) pour lutter contre les violences de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.