communiqué de presse

Ce n’est pas en infligeant des châtiments collectifs qu’Israël rendra justice aux adolescents tués

Justice doit être faite après le meurtre de trois adolescents israéliens, ce que n’accomplissent ni les actions des autorités israéliennes ces derniers jours, ni leurs pratiques persistantes s’apparentant à des punitions collectives contre les Palestiniens en Cisjordanie, qui constituent des atteintes flagrantes au droit international humanitaire et en matière de droits humains, a déclaré Amnesty International.

Lundi 30 juin, les corps de trois adolescents israéliens enlevés le 12 juin ont été retrouvés au nord de la ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée. Les autorités israéliennes ont juré de se venger du groupe armé palestinien Hamas, à qui elle attribuent l’enlèvement.

« Rien ne peut justifier ces enlèvements ni ces meurtres, que nous condamnons une nouvelle fois. Les responsables présumés doivent être traduits en justice  », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Mais justice ne sera pas rendue si Israël cherche à se venger en imposant des châtiments collectifs ou en commettant d’autres atteintes aux droits des Palestiniens. Il faut plutôt que les autorités israéliennes mènent une enquête exhaustive, approfondie et impartiale, puis poursuivent les responsables présumés dans le cadre de procédures équitables.  »

Après la découverte des corps d’Eyal Yifrah, 19 ans, de Gilad Shaar, 16 ans, et de Naftali Fraenkel, 16 ans, lundi 30 juin par les forces de sécurité israéliennes, le cabinet de sécurité israélien s’est réuni et a promis de se venger du Hamas.

Les appartements des familles des deux hommes que les autorités israéliennes ont désignés comme suspects dans l’enlèvement des adolescents - Marwan al Qawasmeh et Amer Abu Aisheh, tous deux résidents d’Hébron - ont été démolis par l’armée israélienne dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, ce qui a occasionné des dégâts considérables dans les immeubles familiaux où ils étaient situés. On ignore où se trouvent ces deux hommes.

Les autorités israéliennes n’ont présenté aucun élément de preuve étayant leurs affirmations selon lesquelles le Hamas ou les deux suspects étaient responsables de l’enlèvement et du meurtre des adolescents.

À la suite de la réunion du cabinet de sécurité, Israël a lancé au moins 34 frappes aériennes à travers Gaza le matin du 1er juillet. Des Palestiniens auraient été blessés.

Des groupes radicaux de Gaza ont eux aussi envoyé au moins 18 roquettes dans le sud d’Israël ; il ne semble pour l’instant pas y avoir de blessés.

En Cisjordanie, Yousef Abu Zagha, 20 ans, a été abattu par des soldats israéliens pendant un raid mené dans le camp de réfugiés de Jénine le matin du 1er juillet, après qu’il eut semble-t-il lancé une grenade dans leur direction. Cela porte à au moins six le nombre de Palestiniens - dont un mineur à notre connaissance - tués par les forces israéliennes en Cisjordanie depuis le début de l’opération militaire lancée afin de retrouver les trois adolescents israéliens.

« La surenchère de représailles ne fera qu’augmenter la probabilité que de nouvelles violations des droits humains et souffrances soient infligées à des Palestiniens et à des Israéliens. Il faut y mettre fin immédiatement  », a déclaré Philip Luther.

L’intensification de la riposte militaire israélienne survient sur fond de pratiques persistantes s’apparentant à des châtiments collectifs contre les civils des territoires palestiniens occupés, et de politique illégale consistant à installer des civils en Cisjordanie occupée.

Cela prend notamment la forme d’arrestations et de détentions arbitraires - au moins 364 Palestiniens font actuellement l’objet d’une détention administrative, le chiffre le plus élevé depuis des années -, mais aussi de la multiplication des fermetures de postes de contrôle et de restrictions arbitraires du droit des Palestiniens à la liberté de mouvement.

Parallèlement, des colons israéliens s’en sont pris à des Palestiniens dans les secteurs d’Hébron et de Bethléem. Une fillette de neuf ans aurait été blessée après avoir été renversée par un colon en voiture. Des colons ont établi trois nouveaux avant-postes en Cisjordanie occupée depuis que les corps des adolescents israéliens ont été retrouvés.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.