communiqué de presse

Chine. L’incarcération d’un artiste met en évidence la répression sévère de la commémoration des événements de Tiananmen

Les autorités chinoises doivent mettre fin aux graves persécutions visant toutes les personnes essayant de commémorer le 25eanniversaire des événements de la place Tiananmen, a déclaré Amnesty International après qu’un artiste australien né en Chine est devenu le dernier en date à se faire arrêter pour avoir donné une interview au sujet de la répression des manifestations de 1989 sur cette place.

Des policiers de Pékin ont emmené Guo Jian, 52 ans, peu après la parution d’un entretien qu’il avait accordé au Financial Times.

« Guo Jian est la dernière victime en date de la campagne de répression impitoyable menée par les autorités chinoises en prévision de l’anniversaire des événements de la place Tiananmen. Cet homme et les dizaines d’autres personnes appréhendées pour avoir évoqué de manière pacifique le massacre commis en 1989 doivent être immédiatement libérés », a déclaré William Nee, spécialiste de la Chine à Amnesty International.

« La vague actuelle d’arrestations en vue du 4 juin est plus forte que ces dernières années. »

Amnesty International a reçu de nombreuses informations selon lesquelles la police a ordonné à des militants de ne pas parler aux médias étrangers avant le 4 juin, tandis que des journalistes étrangers et leurs collaborateurs locaux ont fait état d’un harcèlement accru ces dernières semaines.

« Les manœuvres d’intimidation visant les journalistes et leurs associés montrent jusqu’où les autorités sont prêtes à aller pour effacer le massacre de 1989 de la mémoire collective. Le monde n’a cependant pas oublié. Les gens continueront à commémorer cet anniversaire en dépit des efforts déployés par les autorités  », a déclaré William Nee.

Des dizaines de militants ont été arrêtés, assignés à domicile ou interrogés par la police ces dernières semaines pour avoir tenté de rendre hommage aux centaines ou milliers de militants et civils sans arme qui ont été blessés ou tués lors des événements de Tiananmen en juin 1989.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse