CHINE Quatre Ouïghours exécutés en trois semaines

Vendredi 13 août 2004
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
FLASH

Selon les agences de presse, deux Ouïghours ont été encore exécutés dans le nord-est de la Chine pour des infractions à caractère politique. Seize autres avaient été emprisonnés pour avoir porté atteinte à la sécurité nationale et avoir organisé illégalement un parti politique. À la connaissance d’Amnesty International, les procès des 18 Ouïghours se sont déroulés à huis-clos.
L’organisation est très inquiète de ce que leurs procès ne se sont probablement pas déroulés de manière équitable et conforme aux normes internationales. On ne sait pas s’ils ont pu choisir des avocats et procéder au contre-interrogatoire des témoins. De même, on ignore la valeur des éléments de preuve retenus contre eux.
Selon Reuters et l’AFP, Aihe Maititashi et Luoheman Maimaiti ont été condamnés à mort après que le tribunal les a déclarés coupables de fabrication illégale d’explosifs dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. Ils ont également été accusés d’utilisation d’armes à des fins séparatistes. Ils ont été exécutés le 21 juillet 2004. Amnesty International condamne fermement ces exécutions.
Deux autres Ouïghours, Idris Kadir, âgé de vingt-neuf ans, et Kuerba Tudaji ont été exécutés respectivement le 19 juillet et le 30 juin 2004. Ils avaient tous deux été condamnés pour des faits de « séparatisme ».

Index AI : ASA 17/041/2004

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse