Chine. Réforme de la politique de l’enfant unique

En Chine, les femmes vont continuer d’être exposées au risque de subir des formes intrusives de contraception et d’être forcées d’avorter, même si les autorités ont annoncé une modification de la politique de l’enfant unique qui est en place depuis des décennies dans le pays, a déclaré Amnesty International le 29 octobre.

Les médias officiels ont fait savoir le 29 octobre que tous les couples mariés vivant en milieu urbain sont à présent autorisés à avoir deux enfants au lieu d’un seul.

« Cette réforme de la politique chinoise de l’enfant unique ne suffit pas. Des couples qui ont deux enfants pourraient toujours être soumis de force à des formes de contraception intrusive, et même contraints à un avortement, ce qui constitue une forme de torture, a déclaré William Nee, chercheur sur la Chine à Amnesty International.

« L’État n’a pas à règlementer le nombre d’enfants que peuvent avoir les gens. Si la Chine est vraiment déterminée à respecter les droits humains, le gouvernement doit immédiatement mettre fin à ces mesures invasives et punitives de contrôle des décisions que prennent les gens de fonder une famille et de faire des enfants. »

Amnesty International continue de recevoir des informations faisant état d’avortements forcés – qui sont juridiquement illégaux – et de stérilisations forcées en Chine. En 2010, 1 377 proches de couples visés par une mesure de stérilisation dans la ville de Puning, dans le sud de la Chine, ont été placés en détention apparemment dans le but de faire pression sur ces couples afin qu’ils « acceptent » la stérilisation.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées