Chine : Un million de personnes détenues dans le cadre d’une campagne de « rééducation »

La Chine doit cesser sa campagne de répression systématique et faire la lumière sur le sort d’un million de personnes, de confession musulmane pour la plupart, détenues arbitrairement dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Depuis un an, les autorités chinoises mènent une campagne de plus en plus intense d’internements en masse, de surveillance intrusive, d’endoctrinement politique et d’assimilation culturelle forcée à l’encontre des Ouïghours, des Kazakhs et des autres groupes ethniques majoritairement musulmans vivant dans cette région. La plupart des familles de personnes détenues n’ont pas été informées du sort réservé à leurs proches et ont souvent trop peur pour protester.

« Il ne faut pas laisser le gouvernement chinois continuer cette campagne virulente contre les minorités ethniques du nord-ouest de la Chine. Les gouvernements des autres pays du monde doivent demander des comptes aux autorités chinoises pour le cauchemar qui se déroule dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, a déclaré Nicholas Bequelin, directeur régional d’Amnesty International pour l’Asie de l’Est.

« Les familles ont assez souffert. Des centaines de milliers de familles ont été déchirées par cette répression massive. Elles désespèrent de savoir ce qui est arrivé à leurs proches et il est temps que les autorités chinoises leur donnent des réponses. »

Dans un nouveau rapport intitulé China : Where are they ? Time for answers about mass detentions in Xinjiang Uighur Autonomous Region, Amnesty International met en avant l’angoisse des personnes qui ont perdu le contact avec des parents et des amis dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang et qui craignent que ceux-ci ne soient détenus.

« Les gouvernements des autres pays du monde doivent demander des comptes aux autorités chinoises pour le cauchemar qui se déroule dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang »

L’organisation a interrogé plus de 100 personnes vivant en dehors de la Chine qui demeurent sans nouvelles de leurs proches habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang, ainsi que des personnes qui ont été torturées dans des camps de détention sur place.

Détention massive

La politique d’internement des membres de minorités ethniques majoritairement musulmanes dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang s’est intensifiée depuis mars 2017 et l’adoption d’un « règlement relatif à la lutte contre l’extrémisme » par le gouvernement régional. Aux termes de ce texte, les démonstrations publiques ou même privées d’appartenance religieuse et culturelle, parmi lesquelles les barbes « anormales », le port d’un voile ou d’un foulard, les prières régulières, le jeûne, le fait de s’abstenir de boire de l’alcool, ou encore la possession de livres ou d’articles relatifs à l’islam ou à la culture ouïghoure, peuvent être considérées comme « extrémistes ».

Les voyages à l’étranger pour le travail ou les études, en particulier dans des pays à majorité musulmane, ainsi que les contacts avec des personnes situées en dehors de la Chine, constituent également des motifs de suspicion. Hommes ou femmes, jeunes ou âgés, citadins ou ruraux, tous les citoyens risquent un placement en détention.

Les contrôles de sécurité omniprésents qui font maintenant partie du quotidien des habitants de la région autonome ouïghoure du Xinjiang sont autant d’occasions de fouiller les téléphones portables à la recherche de contenus suspects ou de vérifier l’identité des gens au moyen de logiciels de reconnaissance faciale.

Des citoyens peuvent faire l’objet de soupçons à la suite de la surveillance systématique des messages envoyés sur les applications de réseaux sociaux telles que WeChat, qui n’utilise pas le chiffrement de bout en bout. L’utilisation d’autres applications de messagerie avec chiffrement, comme WhatsApp, peut également entraîner un placement en détention.

Les démonstrations publiques ou même privées d’appartenance religieuse et culturelle, parmi lesquelles les barbes « anormales », le port d’un voile ou d’un foulard, les prières régulières, le jeûne, le fait de s’abstenir de boire de l’alcool, ou encore la possession de livres ou d’articles relatifs à l’islam ou à la culture ouïghoure, peuvent être considérées comme « extrémistes »

Les autorités désignent les camps d’internement sous le nom de « centres de transformation par l’éducation », mais ils sont souvent surnommés « camps de rééducation ». Les personnes envoyées dans ces camps ne sont pas jugées et sont privées d’accès à des avocats et du droit de contester leur placement en détention. Elles peuvent languir en détention pendant des mois, car ce sont les autorités qui décident du moment où une personne est « transformée ».

Kairat Samarkan a été envoyé dans un camp de détention en octobre 2017, après être rentré au Xinjiang à l’issue d’un court séjour au Kazakhstan voisin. La police lui a indiqué qu’il était placé en détention car il était accusé de posséder la double nationalité et avait trahi son pays. Il a été libéré en février 2018.

Kairat a raconté à Amnesty International qu’on lui avait placé une cagoule sur la tête, entravé les bras et les jambes et qu’on l’avait forcé à rester debout dans une position fixe pendant 12 heures d’affilée lors de son arrestation. Il y avait environ 6 000 personnes dans le même camp, où elles étaient contraintes de clamer des chants politiques et d’étudier des discours du Parti communiste chinois. Elles ne pouvaient pas se parler et devaient scander « Longue vie à Xi Jinping ! » avant les repas. Kairat a dit à Amnesty International que son traitement l’avait conduit à tenter de se suicider juste avant sa libération.

Les détenus qui résistent ou ne montrent pas suffisamment de « progrès » subiraient des punitions : insultes verbales, privation de nourriture, détention à l’isolement, coups, recours à des entraves et maintien dans des positions douloureuses. Des cas de mort en détention dans ces centres ont été signalés, notamment des suicides de personnes ne supportant plus les mauvais traitements.

Les autorités affirment que ces mesures extrêmes sont indispensables pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité nationale. Cependant, les mesures visant à protéger les citoyens des attaques doivent être nécessaires et proportionnées, et aussi limitées et ciblées que possible pour faire face à une menace spécifique.

« Les camps de détention massive sont des lieux où l’on pratique le lavage de cerveau, la torture et les punitions. Le simple fait d’envoyer un message à votre famille à l’étranger peut vous valoir un placement en détention, ce qui montre à quel point les actions des autorités chinoises sont absurdes, injustifiées et complètement arbitraires », a déclaré Nicholas Bequelin.

Des familles détruites

Pendant des mois, les familles des personnes portées disparues ont gardé leur angoisse pour elles. Elles espéraient que la perte de contact avec leurs proches dans leur pays d’origine serait temporaire. Elles craignaient d’aggraver la situation si elles cherchaient à obtenir une aide extérieure. À présent, sans signe d’une fin prochaine de leur supplice, elles sont de plus en plus nombreuses à s’exprimer.

Bota Kussaiyn, membre de l’ethnie kazakhe et étudiante à l’Université d’État de Moscou, a parlé pour la dernière fois avec son père, Kussaiyn Sagymbai, sur WeChat en novembre 2017. Originaire de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, leur famille a déménagé au Kazakhstan en 2013.

Le père de Bota est retourné en Chine à la fin de l’année 2017 pour voir un médecin, mais les autorités ont confisqué son passeport après son arrivée dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Bota a appris par des proches habitant sur place que son père avait été envoyé dans un « camp de rééducation ».

Ces proches avaient tellement peur que tout autre contact ne leur vaille d’être suspectés qu’ils ont cessé de communiquer avec elle après cela.

Bota a déclaré à Amnesty International : « Mon père est un simple citoyen. Nous étions une famille heureuse avant qu’il ne soit arrêté. Nous riions ensemble. Nous ne pouvons plus rire, et nous n’arrivons pas à dormir la nuit. Nous vivons dans la peur chaque jour. Cela fait énormément de mal à ma mère. Nous ne savons pas où il se trouve. Nous ne savons même pas s’il est encore vivant. Je veux revoir mon père. »

De nombreux parents et amis établis à l’étranger expriment un sentiment de culpabilité, car il semble que ce sont précisément ces liens en dehors de la Chine qui valent dans de nombreux cas à leurs proches vivant dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang d’être suspectés. Les autorités les accusent d’être liés à des organisations étrangères qui, selon le gouvernement chinois, diffusent des opinions religieuses « extrémistes » ou complotent des « activités terroristes ».

Pour éviter d’éveiller de tels soupçons, des Ouïghours, des Kazakhs et d’autres personnes habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang auraient coupé tout lien avec leurs amis et leurs parents établis en dehors de la Chine. Ils incitent leur entourage à ne pas appeler et à supprimer les contacts à l’étranger de leurs applications de réseaux sociaux. Dans l’incapacité d’obtenir des informations depuis chez elles, de nombreuses personnes vivant à l’étranger craignent forcément le pire pour leurs proches.

Lorsque des parents sont emmenés, leurs enfants souffrent, et de nombreuses familles rencontrent des difficultés économiques. Les enfants les plus grands peuvent être envoyés dans des centres de formation professionnelle d’État, tandis que les plus jeunes finissent souvent dans l’un des énormes « centres de protection sociale » qui ont été construits depuis 2017.

Espionnage

En plus d’exercer ainsi une pression sur les personnes vivant en dehors du pays, les services de sécurité chinois tentent activement de recruter des espions dans les communautés établies à l’étranger. Leurs cibles sont, semble-t-il, menacées de voir les membres de leur famille habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang être détenus si elles ne coopèrent pas. En revanche, si elles coopèrent, on leur promet que leurs proches seront traités avec indulgence.

Le fait d’ignorer qui, au sein de la communauté établie à l’étranger, pourrait fournir des informations aux services de sécurité chinois crée une suspicion et une méfiance qui s’enracinent et alimentent encore le sentiment d’isolement et de crainte.

« La campagne de répression systématique menée par les autorités chinoises a des effets dévastateurs sur la vie de millions de personnes. Il est temps que les autorités disent la vérité sur les camps et laissent les familles être réunies », a déclaré Nicholas Bequelin.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.