Colombie : Les candidats à l’élection présidentielle doivent s’engager en faveur des droits humains

Amnesty International a envoyé le 6 juin une lettre ouverte aux candidats participant au second tour de l’élection présidentielle en Colombie, pour leur faire part de ses principaux motifs de préoccupation concernant la situation des droits humains dans le pays, et pour leur demander de renforcer leurs engagements quant à ces questions.

Le pays se trouve à la croisée des chemins et il est crucial que le prochain gouvernement s’engage à garantir le respect des droits des couches de la population touchées de longue date par la violence, et qu’il garantisse la pérennité du processus d’édification d’une paix durable.

Amnesty International estime qu’il est essentiel que les deux candidats qui s’affronteront lors du second tour de l’élection, le 17 juin, s’engagent à :
garantir les droits fondamentaux des peuples autochtones et des communautés afro-colombiennes ; protéger les défenseurs des droits humains ; garantir les droits des victimes du conflit armé à la vérité, à la justice, à des réparations et à la non-répétition ; et à veiller à ce que l’État dans son ensemble démantèle toutes les structures paramilitaires qui existent encore malgré le processus de démobilisation qui a commencé en 2005.

L’organisation demande aux candidats, pour ces derniers jours de campagne électorale, de formuler des propositions claires et précises au sujet des droits humains et de s’engager à les appliquer de façon effective en tant que politique publique.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition