Condamnation d’un opposant politique

La condamnation de Mohammed Fakhrulrazi Mohammed Mokhtar pour sédition doit être annulée immédiatement, a déclaré Amnesty International jeudi 25 août.

« Il s’agit d’une violation manifeste du droit à la liberté d’expression. La loi malaisienne relative à la sédition est un instrument simpliste datant de l’époque coloniale, conçu pour étouffer la contestation. Elle n’a pas sa place dans une société moderne respectueuse des droits et doit être abrogée sans délai  », a déclaré Josef Benedict, directeur adjoint du programme Asie du Sud-Est et Pacifique d’Amnesty International.

Complément d’information

Mohammed Fakhrulrazi Mohammed Mokhtar, vice-président du mouvement de jeunesse du Parti Amanah Negara, a été reconnu coupable de sédition par le tribunal de grande instance de Kuala Lumpur et condamné à huit mois de prison.

Cet homme, également connu sous le nom d’Ustaz Fakhrulrazi, avait été inculpé de sédition pour avoir demandé la libération d’Anwar Ibrahim, responsable politique de l’opposition considéré par Amnesty International comme un prisonnier d’opinion, lors d’un rassemblement en février 2015.

En vertu de l’article 4(1)(b) de la Loi de 1948 relative à la sédition, ce chef d’accusation est passible de trois ans d’emprisonnement et 5 000 ringgits malaisiens (environ 1 000 euros).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse