Condamnation d’un universitaire pour des tweets

En réaction à la condamnation, mercredi 29 mars, du défenseur des droits humains Nasser bin Ghaith par la Cour d’appel fédérale à Abou Dhabi, Lynn Maalouf, directrice adjointe pour la recherche au bureau régional d’Amnesty International à Beyrouth, a déclaré :

« La condamnation de l’éminent économiste, universitaire et défenseur des droits humains Nasser bin Ghaith à 10 ans de prison porte un nouveau coup fatal à la liberté d’expression aux Émirats arabes unis. En prononçant cette peine absurde en représailles à ses tweets pacifiques, les autorités ne laissent aucune place au doute : ceux qui osent exprimer leur opinion librement aux Émirats aujourd’hui risquent des sanctions sévères.

« Nasser bin Ghaith est un prisonnier d’opinion, détenu pour avoir exprimé pacifiquement ses convictions. Il n’aurait jamais dû être forcé à passer une seule minute derrière les barreaux, et encore moins 10 ans. Il a déjà été soumis à une disparition forcée, détenu au secret pendant des mois, roué de coups à plusieurs reprises et privé de sommeil. Cet homme est une victime de plus de la répression exercée contre la dissidence aux Émirats arabes unis, qui a également donné lieu à l’arrestation d’un autre défenseur des droits humains de premier plan, Ahmed Mansoor, la semaine dernière. »

Nasser bin Ghaith a été déclaré coupable de « publication de fausses informations » concernant des dirigeants émiriens et leurs politiques et de « publication de fausses informations dans le but de porter atteinte à la réputation et la renommée de l’État et de l’une de ses institutions » en référence à des commentaires sur Twitter dans lesquels il avait affirmé n’avoir pas bénéficié d’un procès équitable dans le cadre de l’affaire des « Cinq des Émirats », où lui et quatre autres citoyens émiriens avaient été jugés pour « insultes publiques » envers les dirigeants du pays à la suite de commentaires publiés sur Internet. Il a 30 jours pour faire appel de sa condamnation devant la Chambre de la sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.