CONTROL ARMS - Treize nouveaux gouvernements se déclarent favorables au traité sur le commerce des armes

Index AI : IOR 40/019/2005

Déclaration commune d’Amnesty International, d’Oxfam international et du RAIAL publiée dans le cadre de la campagne Contrôlez les armes

La semaine dernière, 13 nouveaux gouvernements se sont déclarés favorables au traité international sur le commerce des armes, lors d’une réunion organisée par les Nations unies sur le contrôle des armes à New York. Ce vendredi 15 juillet 2005, les organisateurs de la campagne ont annoncé que les gouvernements d’Allemagne, du Bénin, de Colombie, d’Espagne, du Ghana, de Guinée, de Norvège, d’Ouganda, des Pays-Bas, du Sénégal, de Sierra Leone, de Turquie et le Vatican avaient apporté leur appui à ce traité, augmentant grandement ses chances de voir le jour.

D’autres gouvernements, notamment ceux de l’Union européenne (UE), certains États d’Afrique de l’Est et le groupement d’États sud-américains de la Communauté de développement du Cône austral (MERCOSUR), ont également fait des déclarations prônant un contrôle plus rigoureux des exportations fondé sur des normes internationales minimales.

La proposition de traité sur le commerce des armes bénéficie de l’appui de lauréats du prix Nobel et de citoyens du monde entier. Juridiquement contraignant, il interdirait les transferts d’armes susceptibles de contribuer à des atteintes aux droits humains, d’alimenter les conflits ou de nuire au développement. Ce traité permettrait d’éliminer les incompatibilités qui existent actuellement entre les lois nationales sur les exportations d’armes.

Ces nouvelles manifestations de soutien envers le traité sur le commerce des armes sont intervenues dans le cadre de la conférence qui s’est tenue une semaine durant aux Nations unies, à New York. Cette conférence visait à évaluer les progrès accomplis dans la lutte contre le commerce illicite des armes légères et de petit calibre au regard d’un accord signé en 2001, le Programme d’action des Nations Unies.

« Si nombre de gouvernements ne s’acquittent toujours pas des obligations qui leur incombent au titre de ce Programme, il est encourageant de constater que l’idée d’un accord sur un traité juridiquement contraignant régissant les exportations d’armes fait son chemin », a déclaré Brian Wood, coordonnateur de l’action d’Amnesty International en faveur du contrôle des armes.

« Les gouvernements semblent enfin prendre conscience que des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont victimes chaque année de la violence armée. Un si grand nombre de gouvernements se prononçant en faveur du traité dans la même semaine constitue un grand pas en avant vers la mise en œuvre de contrôles plus stricts sur les armes, a fait valoir Anna MacDonald, directrice de la Stratégie politique à Oxfam.

« Nous assistons à une évolution majeure : lors de la dernière Réunion biennale des États de l’ONU il y a deux ans, les contrôles sur les exportations figuraient tout juste à l’ordre du jour. Grâce au formidable travail de campagne d’un réseau mondial d’ONG, soutenu par des pays comme le Kenya, le Royaume-Uni, le Costa Rica, la Norvège et la Finlande, les États reconnaissent la nécessité d’un traité juridiquement contraignant », a conclu Rebecca Peters, directrice du Réseau d’action international sur les armes légères (RAIAL).

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter :

Au Royaume-Uni :
Amnesty International : James Dyson + 44 2074135831 Portable : + 44 7795 628367 ;
Oxfam : Brendan Cox + 44 1865 312 289 Portable : + 44 7957 120853 ;
RAIAL : Peter Robbs : + 44 1480 465 328

Aux Etats-Unis :
Amnesty International : Wende Gozan + 1 212 633 4247 Portable : + 1 347 526 5520 ;
RAIAL : Anthea Lawson + 1 347 831 4081. Emile LeBrun + 31 6 4848 2004

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter le Service Presse d’Amnesty International au 02 543 79 04 ou consulter les sites http://www.amnesty.be et http://www.amnesty.org

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.