Communiqué de presse

Corée du Sud. Interdiction d’un parti politique : un nouveau signal inquiétant pour la liberté d’expression

La décision de la Cour constitutionnelle sud-coréenne de dissoudre un parti politique d’opposition pourrait avoir des conséquences très inquiétantes pour la liberté d’expression et d’association dans le pays, a déclaré Amnesty International.

La Cour constitutionnelle a conclu que le Parti progressiste unifié (PPU), accusé par le gouvernement de soutenir la Corée du Nord, avait bafoué les « règles démocratiques fondamentales ». La Cour a aussi privé de leur siège tous les législateurs issus de ce parti.

« L’interdiction de l’UPP soulève de graves questions quant à l’engagement des autorités envers la liberté d’expression et d’association  », a déclaré Roseann Rife, directrice des recherches sur l’Asie orientale à Amnesty International.

« La dissolution d’un parti politique peut être lourde de conséquences ; c’est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. »

La Cour constitutionnelle a examiné cette affaire à la demande du gouvernement. C’était la première fois qu’un gouvernement sud-coréen formulait une telle demande depuis la fin de la dictature en 1987. La dernière dissolution d’un parti politique remontait à 1958.
Cette décision survient dans un contexte marqué par un recours croissant, ces dernières années, à la Loi relative à la sécurité nationale – qui est formulée en termes vagues – et à d’autres lois pour réprimer les opposants et ceux qui sont accusés de soutenir la Corée du Nord.

«  Le gouvernement utilise de plus en plus la sécurité nationale comme prétexte pour réprimer l’opposition politique et restreindre la liberté d’expression », a déclaré Roseann Rife.

La Cour suprême sud-coréenne devrait bientôt se prononcer sur l’appel formulé en dernier recours par sept membres de l’UPP reconnus coupables en 2014 d’« incitation à l’insurrection » et de violation de la Loi relative à la sécurité nationale.

«  L’espace accordé à la liberté d’expression s’est beaucoup restreint ces dernières années. Les autorités utilisent la Loi relative à la sécurité nationale pour réprimer l’opposition et persécuter ceux qui n’ont pas les mêmes opinions politiques qu’elles », a déclaré Roseann Rife.

« Les préoccupations sur le plan de la sécurité ne doivent jamais être une excuse pour empêcher les gens d’exprimer des opinions politiques dissidentes. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !