Côte d’Ivoire : La Lumière doit être faite sur les allégations de charniers à Korhogo

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International demande la publication immédiate du rapport de
l’enquête menée par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI)
en juillet 2004 dans la région de Kohorgo dans le Nord du pays.

"Des sources crédibles affirment que trois charniers contenant des
dizaines de corps ont été découverts Korhogo. Certaines des victimes
auraient été décapitées et des cadavres auraient été retrouvés avec les
mains attachées derrière le dos," affirme aujourd’hui Amnesty International.
"Seul le rapport de l’ONUCI pourra établir la vérité sur ces charniers."

Les personnes retrouvées dans les charniers à Korhogo semblent avoir été
tuées lors d’affrontements meurtriers qui ont opposé, les 20 et 21 juin
2004, dans la région de Korhogo, deux factions rivales des Forces nouvelles,
l’une soutenant Ibrahim Coulibaly dit "IB" et l’autre proche de Guillaume
Soro, secrétaire-général de ce mouvement. Ces affrontements ont vu la
victoire des partisans de Guillaume Soro.

"Selon les informations qui nous sont parvenues, les personnes détenues
par la faction proche de Guillaume Soro auraient été placées dans des
conteneurs et des dizaines d’entre elles seraient mortes par suffocation,"
indique aujourd’hui l’organisation.

Face à des événements d’une telle gravité, Amnesty International demande
que la Commission indépendante d’enquête pour la Côte d’Ivoire mise en place
conformément à l’Accord de Linas-Marcoussis et qui a commencé son travail en
Côte d’Ivoire le 15 juillet 2004 examine ces allégations très graves avec
toutes les ressources nécessaires y compris dans le domaine des expertises
médico-légales.

"Il est indispensable de mettre en place un mécanisme de protection de
tous ceux qui ont été ou seront en contacts avec ces Commissions d’enquête,"
rappelle aujourd’hui Amnesty International.

L’organisation demande également que toutes ces enquêtes débouchent sur
des recommandations afin que les responsables présumés de ces actes soient
traduits en justice. L’impunité constitue en effet le principal
encouragement aux atteintes aux droits humains incessantes commises par les
deux parties au conflit depuis près de deux ans.

CONTEXTE

Depuis l’insurrection de septembre 2002 qui a coupé la Côte d’Ivoire en
deux, les Nations unies ont créé plusieurs commissions d’enquête sur les
atteintes graves aux droits humains commises par toutes les parties au
conflit. En avril 2004 notamment, une commission d’enquête a publié un
rapport sur les événements qui ont suivi la marche interdite du 25 mars 2004
et à la suite de laquelle des dizaines de personnes non armées ont été tuées
par les forces de l’ordre à Abidjan.

Par ailleurs, conformément aux recommandations de l’Accord de
Linas-Marcoussis, signé en janvier 2003, le Haut Commissaire des Nations
Unies aux droits de l’homme par intérim, M. Bertrand Ramcharan, a mis sur
pied une Commission indépendante d’enquête pour la Côte d’Ivoire afin
d’établir les faits et les responsabilités s’agissant des graves violations
des droits de l’homme et du droit humanitaire international qui se sont
produites dans le pays à partir du 19 septembre 2002. Cette Commission
d’enquête, qui a commencé son travail le 15 juillet 2004, prendra également
en compte la dimension sous-régionale des événements considérés et, le cas
échéant, effectuera des visites dans les pays voisins de la Côte d’Ivoire.
Cette mission doit initialement durer trois mois.

Par ailleurs, ayant considéré que la situation en Côte d’Ivoire
continuait de menacer la paix et la sécurité internationales de la région et
agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le Conseil
de sécurité a, aux termes de sa résolution 1528 du 27 février 2004, décidé
de créer l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) qui est
opérationnelle depuis avril 2004 et dont le mandat est notamment de
"contribuer à la promotion et à la défense des droits de l’homme en Côte
d’Ivoire en prêtant une attention particulière aux actes de violence commis
contre les femmes et les filles, et aider à enquêter sur les violations des
droits de l’homme pour mettre fin à l’impunité".

AI Index : AFR 31/010/2004

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.