COUPE DU MONDE DE FOOTBALL : L’Équipe de France fait face à la sinistre réalité des armes

Index AI : EUR 21/001/02

Les champions français de la Coupe du monde de football de 1998, qui ont été éliminés il y a quelques jours de la Coupe de cette année, ont signé avec leurs entraîneurs une déclaration appelant « le gouvernement français et ceux de l’Union européenne à prendre des initiatives pour un vrai contrôle » des transferts d’armes internationaux.

Dans leur déclaration, les footballeurs s’inquiètent de ce que la plupart des victimes « des guerres actuelles sont des civils » et de ce que « pour l’Unicef, huit victimes sur dix seraient des femmes et des enfants" . Les footballeurs français dénoncent également le fait que "des enfants sont même kidnappés dès l’âge de cinq ans, et formés pour tuer d’autres civils, d’autres enfants".

L’équipe de footballeurs désigne « les principaux pays responsables des exportations d’armes » comme étant « les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie, qui à eux seuls assurent 80 % du commerce mondial ».

Reprenant l’appel lancé par Amnesty International à l’occasion du sommet du Groupe des huit (G8) qui se tiendra les 26 et 27 juin prochains, les joueurs déclarent : « Nous, internationaux de football, nous nous associons aux demandes de nombreuses organisations pour demander l’arrêt des ventes d’armes aux pays qui violent les droits humains ».
(Texte de l’appel ci-dessous)

Surveillons les ventes d’armes, sauvons des vies !

Chaque année, des millions de personnes sont victimes du commerce des armes. L’International Rescue Committee évalue, pour la République démocratique du Congo, à 700 000 le nombre de morts par an depuis 1998 en conséquence directe et indirecte de la guerre.

Le Comité international de la Croix-Rouge affirme que plus de 80 % des victimes des guerres actuelles sont des civils. Et pour l’Unicef, huit victimes sur dix seraient des femmes et des enfants. Des enfants sont même kidnappés dès l’âge de 5 ans, et formés pour tuer d’autres civils, d’autres enfants.

Ces personnes vivent dans des pays où gouvernements et bandes armées préfèrent brader les richesses de leur sol pour acheter des armes plutôt que d’assurer le développement durable du pays et la sécurité des populations.

Or les principaux pays responsables des exportations d’armes sont les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, qui à eux seuls assurent 80 % du commerce mondial…

Certes, les gouvernements des États de l’Union Européenne ont adopté, en 1998, un Code de Conduite qui interdit les livraisons d’armes vers les pays où il y a un risque d’utilisation pour des violations des droits de la personne. Mais ce code n’est pas strictement respecté.

Nous, internationaux de football, nous associons aux demandes de nombreuses organisations pour demander l’arrêt des ventes d’armes aux pays qui violent les droits humains. Et nous invitons le gouvernement français et ceux de l’Union européenne à prendre des initiatives pour

UN VRAI CONTRÔLE !
Lilian Thuram, 1er signataire ; Fabien Barthez ; Christophe Dugarry ; Bixente Lizarazu ; Djibril Cissé ; Emmanuel Petit ; Thierry Henry ; Johan Micoud ; Willy Sagnol ; David Trézéguet ; Grégory Coupet ; Philippe Christanval ; Vincent Candela ; Alain Boghossian ; Youri Djorkaeff ; Patrick Vieira ; Sylvain Wiltord ; Mikaël Silvestre
Roger Lemerre, entraîneur
Bruno Martini, entraîneur adjoint
Guy Stéphan, entraîneur adjoint

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.