Cuba. Libération du graffeur Danilo Maldonado Machado

La libération d’un artiste graffeur cubain qui était détenu depuis près d’un an pour avoir peint les noms « Raúl » et « Fidel » sur le dos de deux cochons doit annoncer une nouvelle ère en matière de liberté d’expression et de dissidence à Cuba, a déclaré Amnesty International.

Danilo Maldonado Machado – connu sous le pseudonyme « El Sexto » – a été libéré sans aucun avertissement de la prison de Valle Grande, en périphérie de la Havane, dans la journée du 20 octobre.

« Nous saluons la libération de Danilo Maldonado Machado, qui n’aurait pourtant jamais dû être incarcéré. Exprimer pacifiquement une opinion n’est pas un crime, a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« Cette mesure positive doit ouvrir la porte à une réforme politique très attendue à Cuba, où les gens sont régulièrement harcelés, arrêtés et incarcérés pour des charges fallacieuses lorsqu’ils expriment leurs opinions. Cela doit changer si Cuba est déterminée à respecter les droits humains, notamment les droits des opposants au gouvernement. »

Danilo Maldonado Machado a été arrêté par des agents de la police politique (Seguridad del Estado) à La Havane alors qu’il voyageait à bord d’un taxi le 25 décembre 2014. En ouvrant le coffre du taxi, les agents ont découvert les deux cochons, avec les noms « Raúl » et « Fidel » peints sur le dos. Il a été accusé d’avoir « manqué de respect à l’égard des dirigeants de la Révolution », mais n’a jamais été présenté au tribunal. L’artiste avait l’intention de lâcher ces animaux dans une exposition d’art le jour de Noël.

Amnesty International le considérait comme un « prisonnier d’opinion », détenu uniquement pour avoir exercé sans violence son droit à la liberté d’expression.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse