Darfour. La MINUAD ne doit pas abandonner les civils à Muhajeriya

COMMUNIQUÉ
Amnesty International a appelé ce mardi 3 février la mission conjointe des Nations unies et de l’Union africaine au Darfour, la MINUAD, à ne pas abandonner les civils qui se sont réfugiés dans la ville de Muhajeriya, dans le sud du Darfour.

Les affrontements qui opposent depuis des semaines le gouvernement au Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE), qui contrôle Muhajeriya, ont poussé des milliers de civils à aller chercher refuge près de la base de la MINUAD installée dans la ville.

« La force de maintien de la paix de la MINUAD doit rester aux côtés de la population de Muhajeriya, a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International. Elle ne peut pas abandonner à leur sort les civils, qui continuent d’être tués, violés et déplacés par les deux parties au conflit. »

« Nous cherchons à obtenir de la force de maintien de la paix l’assurance qu’elle restera à Muhajeriya pour protéger la population civile. »

Le gouvernement soudanais a sommé lundi la MINUAD de quitter Muhajeriya avant le lancement de raids aériens contre le Mouvement pour la justice et l’égalité près de la ville. Les forces armées soudanaises et les milices qui leur sont alliées ont par le passé bombardé et attaqué sans discrimination des civils au Darfour, en violation de la résolution 1591 des Nations unies.

« Si les troupes de maintien de la paix de la MINUAD se retirent de Muhajeriya, nous risquons de voir se reproduire les attaques aveugles de Sirba, Selea et Abu Suruj, qui ont provoqué la mort de 155 civils et entraîné le déplacement de plus de 30 000 personnes, a ajouté Tawanda Hondora. Les agences onusiennes et humanitaires avaient été interdites d’accès à cette région pendant des mois. La MINUAD ne doit pas laisser une telle situation se reproduire. »

Le gouvernement du Soudan a l’obligation de protéger les civils et de ne pas mener d’opérations militaires mettant inutilement la population en danger. Prendre directement ou aveuglément les civils pour cibles peut constituer de la part des deux parties au conflit une violation du droit humanitaire.

Depuis l’éclatement des affrontements, de nombreuses agences humanitaires ont évacué leur personnel de Muhajeriya.

Complément d’information

Muhajeriya est le théâtre d’affrontements entre le Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE) et le gouvernement soudanais depuis plus de deux semaines. Ces affrontements ont exposé la population civile de Muhajeriya au niveau de violence le pire qu’ait connu le Darfour depuis plus d’un an.

À la mi-janvier 2009, le Mouvement pour la justice et l’égalité a repris Muhajeriya à la faction de Minni Minawi de l’Armée de libération du Soudan, ancien groupe armé d’opposition ayant signé l’accord de paix sur le Darfour avec le gouvernement.

Selon les Nations unies, pas moins de 300 000 personnes sont mortes et plus de 2,2 millions ont été déplacées depuis le début du conflit au Darfour en février 2003.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.