Communiqué de presse

Des entreprises de l’UE continuent de faire le commerce d’« instruments de torture »

Des entreprises basées dans l’Union européenne (UE) continuent de mener des activités de commercialisation et de vente de divers équipements de sécurité susceptibles d’être utilisés pour torturer et maltraiter des personnes, ont mis en garde Amnesty International et l’Omega Research Foundation dans un rapport publié le 28 mai.

De telles activités existent encore en raison de failles dans la réglementation européenne mise en place il y a 10 ans pour restreindre le commerce de ces biens.

Grasping the nettle : Ending Europe’s trade in execution and torture technology examine en détail ces failles et expose comment les institutions et les pays membres de l’UE peuvent et doivent les combler. Le rapport est lancé le 28 mai, au moment où le Parlement européen ouvre le débat sur une proposition de modification du règlement de l’UE sur le « commerce des équipements de torture », en vigueur depuis 2006.

« L’Europe a beaucoup avancé sur le chemin de l’éradication de cet infâme commerce d’instruments et de technologies parmi les plus sinistres au monde, des instruments et technologies pouvant être utilisés pour torturer et exécuter des êtres humains » , a déclaré Marek Marczynski, responsable des questions militaires, de sécurité et de police à Amnesty International.

« Mais comme le montre ce nouveau rapport, de sérieuses failles demeurent. Cela signifie que les entreprises peuvent continuer à profiter de la misère humaine, en dépit des interdictions et des contrôles existants. Si l’Europe veut vraiment mener le combat pour l’éradication de la torture et l’abolition de la peine de mort, elle doit de toute urgence combler ces failles. »

L’UE dispose depuis 2006 du seul mécanisme régional au monde interdisant ou contrôlant le commerce d’équipements susceptibles d’être utilisés pour infliger la torture ou la peine capitale.

Depuis 2006, Amnesty International et Omega ont mis en lumière les limites importantes du règlement, ainsi que sa mise en œuvre inégale par les États de l’UE. Ces dernières années, l’UE a cherché à remédier à ces manquements et a en particulier considérablement étendu la liste des biens interdits ou soumis au contrôle.

La Commission européenne a présenté de nouvelles propositions en vue de renforcer le règlement, qui sont actuellement examinées par les États membres et le Parlement européen. Amnesty International et Omega soutiennent un grand nombre de ces propositions et demandent leur adoption.

Toutefois, le rapport publié par les deux organisations met en évidence la persistance de certaines lacunes dans les nouvelles dispositions proposées. Si ces failles ne sont pas comblées, les entreprises pourront toujours :

• Agir comme courtier pour la vente et le transfert d’équipements de sécurité à des pays tiers, dans la mesure où la transaction n’est pas effectuée sur le territoire de l’UE et où les équipements ne touchent pas le sol européen.

• Promouvoir ouvertement, sur Internet et dans les foires et salons organisés dans l’UE, des équipements qui ont été interdits – comme les lits à filet (un dispositif de type cage aménagé autour d’un cadre de lit), les dispositifs corporels à décharges électriques ou les dispositifs de contrainte par lesquels on attache un prisonnier à un élément fixe.

• Proposer à des services de police des équipements de sécurité totalement inadaptés aux tâches de maintien de l’ordre – par exemple les armes de défense à impulsions électriques, les matraques électriques et les boucliers électriques.

• Fournir à des forces de police et à des forces militaires une assistance technique inappropriée, notamment une formation à des techniques qui, dans certains cas, peuvent faciliter la torture et d’autres mauvais traitements.

• Introduire sur le marché de nouvelles technologies et de nouveaux dispositifs susceptibles d’être utilisés pour infliger la peine capitale, la torture ou d’autres mauvais traitements.

« Les propositions de la Commission sont notables, mais ne permettent toutefois pas de remédier à un certain nombre de faiblesses et lacunes graves du règlement et du système de contrôle qui en découle », a déclaré Michael Crowley, de l’Omega Research Foundation. Si les États membres de l’UE et le Parlement européen ne s’emparent pas maintenant de ces questions, une occasion rare de renforcer de manière exhaustive le système de contrôle et de combler les failles pouvant être exploitées par des négociants peu scrupuleux sera perdue.

« Il est temps maintenant que l’Union européenne prenne le taureau par les cornes et mette un terme pour de bon au commerce des équipements de torture en Europe. »

Complément d’information

Avec l’entrée en vigueur en 2006 du règlement n° 1236/2005 du Conseil, l’UE s’est dotée d’une réglementation contraignante et sans précédent sur le commerce d’une gamme d’équipements qui sont souvent utilisés en vue d’infliger la peine capitale, la torture et d’autres mauvais traitements (les « instruments de torture »), mais qui ne figurent généralement pas sur les listes de contrôle des exportations des États membres concernant les équipements militaires, stratégiques ou à double usage.

Amnesty International et l’Omega Research Foundation avaient déjà publié trois rapports sur cette question, en 2007, 2010 et 2012. Ces documents ont mis en évidence des lacunes spécifiques dans la réglementation de l’UE et des omissions dans les deux listes établies par l’UE des biens interdits et soumis au contrôle, qui ont permis au commerce des « instruments de torture » de se poursuivre.

Le travail de plaidoyer effectué au niveau de l’UE autour du rapport de 2010 a débouché sur la décision de la Commission européenne l’année suivante d’étoffer les deux listes afin d’y inclure d’autres équipements, par exemple les dispositifs électriques destinés à être portés sur le corps, les matraques à pointes et certaines substances utilisées pour des injections létales. Toutefois, les experts ont reconnu que cela restait insuffisant pour juguler ce commerce et la Commission a entrepris une révision globale du règlement.

Le règlement d’exécution (UE) n° 775/2014 de la Commission du 16 juillet 2014 a étendu les listes des biens interdits et soumis au contrôle couverts par le règlement.

Le nouveau rapport d’Amnesty International et d’Omega met en lumière les failles qui demeurent et doivent être comblées sans attendre. Il entend nourrir le débat qui doit s’ouvrir à la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen (DROI) le 28 mai et à la commission du commerce international (INTA) dans les semaines suivantes. La rapporteure à la commission INTA est Marietje Schaake (Pays-Bas, ALDE) ; à la sous-commission DROI, c’est Barbara Lochbihler (Allemagne, Verts/ALE) qui rédigera l’avis. Les propositions de modification du règlement sur le commerce des équipements de torture qui résulteront de ce débat seront soumises au vote en commission, puis en séance plénière au Parlement européen avant la fin de l’année.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.