Des parlementaires européens rencontrent des responsables américains du 14 au 16 mai pour leur demander de « Fermer Guantánamo »

1 200 parlementaires ont signé une pétition appelant les autorités des États-Unis à fermer le centre de détention

Deux parlementaires européens qui vont rencontrer des hauts responsables du gouvernement des États-Unis du mercredi 14 au vendredi 16 mai 2008 vont leur remettre les recommandations d’Amnesty International pour mettre fin aux détentions illégales dont se rendent coupables les États-Unis. Cette pétition a été signée par plus de 1 200 parlementaires d’une trentaine de pays.

Menzies Campbell (membre du Parlement britannique) et Christophe Strasser (membre du Parlement allemand) vont promouvoir le programme d’Amnesty International qui exhorte les autorités américaines à fermer le centre de Guantánamo, à mettre fin à la pratique des « restitutions » et à libérer ou inculper tous les détenus.

Menzies Campbell et Christophe Strasser vont rencontrer plusieurs hauts responsables du gouvernement des États-Unis, parmi lesquels des représentants du Département d’État, de la sous-commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants, de la Commission judiciaire du Sénat et du cabinet du sénateur McCain, ainsi que Scott Butler, haut responsable de la marine américaine.

La visite des deux parlementaires, qui vont s’exprimer au nom des 1 200 députés des quatre coins du monde et de toutes obédiences politiques qui ont signé cette pétition, témoigne de l’ampleur de l’opposition aux pratiques illégales auxquelles a donné lieu la « guerre contre le terrorisme ».

Le texte complet des recommandations d’Amnesty International pour mettre fin aux détentions illégales auxquelles se livrent les États-Unis se trouve sur le site de l’organisation, à l’adresse suivante : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AMR51/167/2007/fr

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse