Des procédures cache-misère pour des expulsions collectives

Les améliorations apportées à l’accord passé la semaine dernière entre l’Union européenne (UE) et la Turquie ne parviennent pas à masquer le fait que l’Europe prépare des expulsions collectives de réfugiés vers la Turquie, a déclaré Amnesty International mercredi 16 mars après que la Commission européenne a adopté une communication expliquant de quelle manière ce projet doit être mis en œuvre.

« Le fait que cette communication mette l’accent sur la nécessité d’examiner individuellement les demandes d’asile est une amélioration par rapport à l’accord affligeant sur la migration conclu la semaine dernière entre l’UE et la Turquie, mais il doit s’agir d’un changement véritable  », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

« Ce ne sera pas le cas si la Turquie est qualifiée dans le même temps de pays sûr pour les réfugiés ainsi renvoyés, parce qu’elle n’est tout simplement sûre pour personne - y compris les réfugiés syriens. »

« Le fond de l’accord n’a en réalité pas changé. Ces procédures cache-misère ne permettront pas de faire écran à la mauvaise conscience de l’Europe si un nombre élevé de réfugiés commencent à être renvoyés dès maintenant.  »

« Proposer des places de réinstallation en fonction du nombre de personnes prêtes à risquer leur vie est une faute. L’UE doit organiser une réinstallation des réfugiés à grande échelle depuis la Turquie, et non pas attendre que cette dernière respecte les normes de protection internationales ni affirmer avec cynisme que c’est déjà le cas. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !