Communiqué de presse

Dow cache à ses actionnaires la vérité qui empoisonne Bhopal

La Dow Chemical Company (Dow) dissimule à ses actionnaires les répercussions toxiques de la catastrophe de Bhopal, a déclaré Amnesty International alors que l’assemblée générale annuelle de cette multinationale est prévue pour jeudi 15 mai. Dow a bloqué une résolution d’actionnaires réclamant qu’un rapport soit réalisé sur l’impact, en termes financiers, opérationnels et de réputation, qu’a eu sur l’entreprise ce qui s’est passé à Bhopal.

« Le refus de Dow de parler de cette catastrophe fait fi des souffrances de la population locale et de la responsabilité d’entreprise », a déclaré Audrey Gaughran, directrice du programme Thématiques mondiales d’Amnesty International.

« Dow ne va pas faire disparaître le problème de Bhopal en se contentant de faire la sourde oreille. »

Des procédures civiles et pénales doivent bientôt s’ouvrir sur cette fuite de gaz datant de 1984 qui a fait des milliers de morts, et dont les conséquences continuent à affecter la santé et l’environnement des populations locales. Le sujet ne sera pas abordé lors l’assemblée générale.

Dow s’est vu ordonner de comparaître devant le tribunal pénal de Bhopal le 4 juillet pour expliquer pourquoi sa filiale, l’Union Carbide Corporation (UCC), dont il détient la totalité des parts, a ignoré à plusieurs reprises des convocations afin de répondre d’accusations d’« homicide volontaire ».

Ces charges sont en rapport avec la responsabilité de l’UCC dans la fuite qui s’est produite dans l’ancienne usine chimique de Bhopal. Outre ce procès pénal, les entreprises sont impliquées dans deux procédures civiles en Inde en rapport avec la fuite de gaz et la contamination environnementale du site de l’ancienne usine, qui est toujours d’actualité.

« Éluder la question a désormais de graves implications non seulement pour les centaines de milliers de personnes qui continuent à souffrir du fait de l’exposition au gaz et de la pollution, mais également pour l’entreprise et ses actionnaires dans le futur », a déclaré Audrey Gaughran.

« Tant que l’entreprise continuera à nier sa responsabilité, son activité restera salie par ce qui s’est passé à Bhopal. Le seul moyen de faire disparaître ce genre de problème est d’y remédier. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.