Des draps mortuaires devant l’ambassade des États-Unis pour exiger un cessez-le-feu à Gaza

Corps sous draps mortuaires qui représentent les mort·e·s à Gaza

Ce vendredi 17 novembre, des militant·es d’Amnesty International se sont rendu·es devant l’ambassade des États-Unis, à Bruxelles et se sont allongé·es sous des draps blancs de façon à symboliser les victimes civiles du conflit dans la bande de Gaza et en Israël. Cette action symbolique a pour but d’appeler de toute urgence les autorités américaines à user de toute leur influence sur Israël afin notamment d’obtenir un cessez-le-feu immédiat.

« Les autorités américaines ont la capacité d’exercer une pression suffisamment forte pour sauver des milliers de vies qui sont sous la menace directe des attaques militaires, mais aussi du manque de soins de santé de base, d’eau, de nourriture et de carburant à Gaza, explique Carine Thibaut, directrice de la section belge francophone d’Amnesty International. Pour cette raison, nous demandons aux États-Unis d’exiger un véritable cessez-le-feu, mais aussi de suspendre tout transfert d’armes à destination d’Israël, d’apporter leur soutien à une solution permettant la libération en toute sécurité des otages civils et de veiller à ce qu’une aide humanitaire internationale adéquate et durable parvienne à Gaza. »

Alors que la situation des droits humains et les conditions humanitaires, déjà catastrophiques, ne cessent d’empirer à Gaza, un cessez-le-feu immédiat apparaît comme le seul moyen d’empêcher que d’autres civils ne soient tués et de faire parvenir aux personnes qui en ont cruellement besoin l’aide indispensable. Cependant, tandis que de plus en plus de voix internationales s’élèvent dans ce sens, les États-Unis refusent toujours d’apporter leur soutien à cet appel.

Cette action s’inscrit dans le cadre d’une semaine spéciale de mobilisation menée par Amnesty International visant les autorités américaines dans divers pays, dont la Belgique. Aux États-Unis, la section américaine d’Amnesty International a ainsi déposé [1] ce mercredi 15 novembre plus de 200 sacs mortuaires et draps devant la Maison Blanche, et a déployé une grande bannière appelant le président Biden à exiger un cessez-le-feu.

Complément d’information

Une pétition lancée par Amnesty International appelant à un cessez-le-feu immédiat a récolté plus d’un million de signatures à travers le monde – dont plus de 55 000 en Belgique. Dans ce contexte, un embargo général de la communauté internationale sur les armes à toutes les parties est indispensable.

« Entre autres exigences, Amnesty exhorte par ailleurs le Hamas et tous les autres groupes armés à libérer immédiatement et sans condition tous les otages civils et à traiter humainement toutes les personnes qui sont retenues captives »

Par le biais de cette pétition, l’organisation demande également à Israël de permettre immédiatement l’acheminement sans entraves de l’aide humanitaire à la population civile de la bande de Gaza occupée et de lever le blocus illégal imposé à ce territoire depuis 16 ans.

Entre autres exigences, Amnesty exhorte par ailleurs le Hamas et tous les autres groupes armés à libérer immédiatement et sans condition tous les otages civils et à traiter humainement toutes les personnes qui sont retenues captives. Il est également essentiel que tous les Palestinien·nes détenu·es de manière arbitraire – dont certain·es sont soumis·es à la torture – soient libéré·es.

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit