Égypte : le jugement est attendu dans l’affaire Khaled Said

Amnesty International exhorte les autorités égyptiennes à veiller à ce que justice soit rendue à Khaled Said, un Égyptien qui aurait été battu à mort par deux policiers il y a un an.

Le jugement dans l’affaire des deux policiers accusés du meurtre de Khaled Said en juin 2010 à Alexandrie est attendu jeudi 30 juin.

Âgé de 28 ans, Khaled Said aurait été traîné hors d’un cybercafé par des policiers en juin 2010 et battu à mort.

Des images choquantes prises à la morgue de son visage à peine reconnaissable ont largement circulé sur Internet et son cas est devenu un cri de ralliement pour le mouvement favorable à la réforme qui a éclaté en Égypte en début d’année.

« Un an après sa mort, la famille de Khaled Said attend toujours que justice lui soit rendue. Cette affaire illustre l’idée largement répandue que les autorités égyptiennes ne s’efforcent guère de rendre justice, non seulement à Khaled Said, mais aussi à tous ceux qui ont été blessés ou tués illégalement par les forces de sécurité lors des manifestations massives du début d’année, a fait savoir Malcolm Smart, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Cette conviction est exacerbée par la lenteur des procès impliquant des policiers accusés d’avoir tué des manifestants durant le soulèvement, alors que plus de 800 d’entre eux sont morts, et par le fait que les policiers poursuivis n’ont généralement pas été suspendus de leurs fonctions et sont en position d’intimider les témoins et de détourner la loi. »

D’après Ahmed al Sebaie, chef des médecins légistes égyptiens, Khaled Said est mort par étouffement après avoir avalé un sachet de marijuana, et non parce qu’il a été roué de coups par les policiers. Ahmed al Sebaie a depuis été démis de ses fonctions.

S’adressant à Amnesty International, la mère de Khaled Said a indiqué : « Je suis furieuse lorsque j’entends les assassins de mon fils et leurs avocats continuer de salir sa réputation. Ils ne souhaitent pas le laisser en paix, même mort. »

Elle a ajouté qu’elle n’assisterait pas à l’audience jeudi 30 juin, en raison de problèmes de santé.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.