Communiqué de presse

Égypte : plus de 500 condamnations à mort lors d’une décision « consternante »

Les sentences de mort qui ont été prononcées lundi 24 mars 2014 par un tribunal égyptien donnent un exemple consternant des défaillances et du caractère sélectif du système judiciaire égyptien, a déclaré Amnesty International.

Selon les médias officiels égyptiens, à l’issue d’une audience unique, le tribunal pénal de Minya a condamné 529 partisans de l’ancien président Mohamed Morsi à être exécutés en raison du rôle qu’ils auraient joué dans les violences qui ont suivi sa destitution en juillet 2013.

« C’est là une injustice poussée à l’extrême, et ces condamnations à mort doivent être annulées. En prononçant tant de peines capitales lors d’un procès unique, l’Égypte se situe au-delà de la plupart des autres pays, qui n’atteignent pas en toute une année un tel nombre de condamnations, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

« Au cours des années qui viennent de s’écouler, nous n’avons vu aucune juridiction prononcer d’un seul coup autant de condamnations à mort, que ce soit en Égypte ou dans le reste du monde.

« Les tribunaux égyptiens s’empressent de punir les partisans de Mohamed Morsi mais laissent impunies de graves violations des droits humains commises par les forces de sécurité. Tandis que des milliers de partisans de Mohamed Morsi sont toujours derrière les barreaux, il n’y a jamais eu d’enquête sérieuse sur la mort de centaines de manifestants. Un seul policier a été condamné à une peine d’emprisonnement, pour la mort de 37 détenus.

« Sans un processus indépendant et impartial, capable d’offrir à tous la vérité et la justice, on pourra se demander si le système de justice pénale de l’Égypte a quelque chose à voir avec la justice. Quoi qu’il en soit, le recours à la peine capitale reflète une injustice inhérente, et les autorités égyptiennes devraient imposer un moratoire sur les exécutions, en vue de l’abolition de la peine de mort. »

Les autorités égyptiennes ne publient pas de chiffres sur les sentences de mort et les exécutions, malgré les demandes répétées faites au fil des années par Amnesty International. L’organisation sait que les tribunaux égyptiens ont prononcé au moins 109 sentences capitales en 2013 ; en 2012, le chiffre avait été d’au moins 91, et de 123 en 2011. La dernière exécution connue a eu lieu en octobre 2011. Il s’est agi de la pendaison d’un homme condamné pour avoir tué six coptes et un policier musulman lors d’une fusillade en janvier 2010.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.