Égypte : Un candidat à l’élection présidentielle condamné à 3 mois de prison et empêché de se présenter

La déclaration de culpabilité prononcée lundi 25 septembre à l’encontre de Khalid Ali, un ancien candidat à l’élection présidentielle et éminent avocat spécialiste des droits humains, que beaucoup considèrent comme le principal concurrent du président Abdel Fattah al Sissi pour l’élection de 2018, est sous-tendue par des considérations politiques.

Khaled Ali a été condamné à trois mois d’emprisonnement et, si le jugement est confirmé en appel, il ne pourra pas se présenter à l’élection présidentielle de 2018. Il a été déclaré coupable d’« atteinte à la morale publique » à cause d’une photographie sur laquelle on le voyait fêter une victoire juridique ; il avait, en effet, réussi à faire annuler une décision controversée des autorités égyptiennes, qui cédait deux îles de la mer Rouge à l’Arabie saoudite. Il a été libéré moyennant une caution de 1 000 livres égyptiennes, dans l’attente du procès en appel.

« La déclaration de culpabilité prononcée lundi 25 septembre à l’encontre de Khaled Ali pour des motifs d’ordre politique montre clairement que les autorités entendent éliminer tout rival susceptible de compromettre la victoire d’Abdel Fattah al Sissi à l’élection de l’an prochain. Elle illustre aussi la détermination impitoyable du gouvernement à écraser la dissidence pour consolider son pouvoir, a déclaré Najia Bounaim, responsable des campagnes pour l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« Il est impensable que Khaled Ali, un éminent avocat spécialiste des droits humains et militant politique, ait été condamné à une peine d’emprisonnement pour le simple fait d’avoir célébré sa victoire dans une affaire juridique. Il faut que sa déclaration de culpabilité, qui repose sur ce motif absurde, soit annulée. »

En outre, le procès de Khaled Ali a été entaché d’irrégularités : le tribunal a rendu sa décision sans écouter la plaidoirie des avocats de la défense ni les autoriser à procéder à un contre-interrogatoire des témoins de l’accusation au sujet de la vidéo présentée comme élément à charge, qu’ils estiment créée de toutes pièces.

Plus tôt dans l’année, Amnesty International a attiré l’attention sur le fait que les autorités égyptiennes intensifiaient la répression contre les militants de l’opposition à l’approche de l’élection présidentielle de 2018.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse