EGYPTE. Un homme politique égyptien demande que les policiers ouvrent le feu sur les manifestants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI- 19 avril 2010

Amnesty International a condamné ce 19 avril 2010 les déclarations d’un député égyptien, membre du parti au pouvoir, qui a exhorté les policiers à tirer sur les manifestants qui réclament une réforme politique depuis plusieurs semaines.

« Je ne sais pas pourquoi le ministère de l’Intérieur se montre si clément avec ceux qui violent la loi, a-t-il déclaré en faisant allusion aux manifestants. […] Au lieu d’utiliser des jets d’eau pour les disperser, la police devrait leur tirer dessus ; ils le méritent », aurait affirmé Hassan Nashat el Qassas, représentant du Parti national démocrate (PND), dimanche 18 avril 2010 lors d’une réunion parlementaire consacrée aux violations des droits humains commises par les policiers contre les manifestants.

Plus de 100 personnes ont été arrêtées et des dizaines blessées dans le cadre de la violente répression des manifestations dont l’Égypte a récemment été le théâtre.

« Ces déclarations inadmissibles sont clairement une incitation à faire un usage excessif de la force, ce qui est susceptible de déboucher sur l’homicide illégal de manifestants, a averti Amnesty International.

« L’auteur de cette déclaration doit se rétracter immédiatement, afin de ne pas donner carte blanche aux forces de sécurité, bien connues pour leur bilan marqué par les violations, et de ne pas encourager de nouvelles violences contre des manifestants qui exercent pacifiquement leur droit à la liberté d’expression et de réunion. Le Parlement se doit de demander des comptes aux responsables, et non de cautionner les brutalités. »

Une série de manifestations a été organisée début avril pour réclamer une réforme politique, à l’approche des élections législatives prévues en mai, juin et novembre 2010.

Les manifestants demandaient que soit mis fin à l’état d’urgence imposé par le gouvernement depuis 29 ans et utilisé pour restreindre les mouvements de protestation, la liberté d’expression et bafouer d’autres droits fondamentaux.

Pour en savoir plus, veuillez consulter les documents suivants :
Égypte : les forces de sécurité arrêtent et frappent des manifestants pacifiques, 6 avril 2010, http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/egyptian-security-forces-arrest-and-beat-peaceful-protestors-2010-04-06.

L’Égypte doit protéger les personnes qui manifestent pacifiquement, 15 avril 2010, http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/egypt-urged-protect-peaceful-demonstrators-2010-04-15.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse