Communiqué de presse

Élections de novembre 2012 en Sierra Leone. Un programme en sept points pour les droits humains

Des élections présidentielle, législatives et locales vont avoir lieu en Sierra Leone le 17 novembre 2012. Depuis la fin du conflit en 2002, le pays s’est rétabli progressivement mais beaucoup reste à faire. L’élection des représentants politiques à tous les niveaux du gouvernement donne aux candidats l’occasion de s’engager auprès de la population de la Sierra Leone à relever les défis auxquels le pays est confronté.

Amnesty International et les associations sierra-léonaises signataires de cette déclaration appellent les candidats à ces élections à manifester leur engagement en faveur du respect, de la promotion et de la protection de l’ensemble des droits humains. Elles leur demandent de s’engager à mettre en place une structure solide de mise en œuvre des instruments relatifs aux droits humains dont la Sierra Leone est un État partie. Les organisations appellent aussi les candidats à relancer le processus de révision de la Constitution pour que le nouveau texte intègre pleinement les droits humains.

L’engagement des candidats

• FIN DE LA DISCRIMINATION ENVERS LES FEMMES

• ACCÈS DES FEMMES À DES SERVICES DE SANTÉ SEXUELLE, REPRODUCTIVE ET MATERNELLE

• POURSUITES CONTRE LES AUTEURS D’ATTEINTES AUX DROITS HUMAINS

• RENFORCEMENT DE LA JUSTICE PÉNALE

• ABOLITION DE LA PEINE DE MORT

• RESPONSABILISATION DES ENTREPRISES ET TRANSPARENCE DES ACCORDS ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE MONDE DES AFFAIRES

• RATIFICATION DES TRAITÉS INTERNATIONAUX

Amnesty International et les associations sierra-léonaises soussignées demandent aux candidats de prendre en compte les préoccupations et les recommandations décrites en détail dans le document intitulé Sierra Leone : A seven point human rights agenda for candidates in Sierra Leone’s 2012 elections (index AI : AFR 51/005/2012).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse