Équateur : Le gouvernement impose des restrictions injustes à l’entrée des Vénézuéliens

Compte tenu de ce qui a été observé au poste-frontière de Rumichaca, à la frontière entre l’Équateur et la Colombie, où les autorités équatoriennes empêchent les Vénézuéliens d’entrer en Équateur :

« Amnesty International demande au gouvernement du président Lenin Moreno de cesser de soumettre les Vénézuéliens à d’injustes restrictions à l’entrée sur le territoire équatorien, notamment en exigeant un extrait de casier judiciaire. Dans la pratique, ces mesures favorisent la xénophobie et empêchent ces personnes, qui ont besoin d’une protection internationale, d’entrer dans le pays, a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« Ces personnes, parmi lesquelles se trouvent des enfants, des femmes enceintes et des personnes âgées, ont besoin d’urgence de nourriture et d’un abri, et du fait de la grave crise des droits humains que traverse actuellement le Venezuela, il leur est impossible d’obtenir les documents que les autorités équatoriennes exigent, comme par exemple un extrait de casier judiciaire. »

Pour en savoir plus :

Venezuela. Les gouvernements régionaux doivent fournir une protection à tous ceux qui fuient le pays (Nouvelle, 3 septembre 2018)

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !