Eswatini : Il faut que le nouveau Premier ministre veille au respect des droits humains

Ambrose Dlamini a effectué sa prestation de serment en tant que Premier ministre de l’Eswatini.

« En sa qualité de Premier ministre de l’Eswatini, Ambrose Dlamini a réellement la possibilité de faire prendre une nouvelle direction à son pays, en veillant à ce que tous les droits humains soient pleinement garantis, a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique australe à Amnesty International.

« Depuis de nombreuses années, la population de l’Eswatini est victime de multiples violations des droits humains, y compris d’expulsions forcées ; elle se retrouve ainsi encore plus pauvre et sans aucune protection de l’État.

« Il faut qu’Ambrose Dlamini bâtisse un pays dont tous les citoyens et citoyennes puissent être fiers, en commençant par instaurer un moratoire national sur les expulsions collectives jusqu’à ce que les garanties juridiques et procédurales adéquates soient en place et en veillant à ce que les personnes expulsées de force obtiennent réparation. »

Complément d’information

Le roi Mswati III a nommé Ambrose Dlamini Premier ministre de l’Eswatini (anciennement le Swaziland) le 27 octobre 2018. Il avait dissous le 10e Parlement le 30 juin 2018, alors que les élections législatives étaient prévues pour le 21 septembre 2018. Le Premier ministre précédent, Barnabus Sibusisuo Dlamini, en fonction de 1996 à 2003 puis de 2008 à 2018, est décédé le 28 septembre 2018.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.