Eswatini : Le prochain gouvernement doit saisir l’occasion de mettre fin à la répression des droits humains

Le prochain gouvernement de l’Eswatini (ex-Swaziland) doit mettre fin à la longue liste d’atteintes aux droits humains qui entachent le pays depuis plus de 40 ans, tandis que la population de la dernière monarchie absolue d’Afrique se rend aux urnes.

Ce royaume d’Afrique australe, sous contrôle quasi-total du roi Mswati III, est depuis longtemps le théâtre de violations des droits humains, notamment la répression des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, ainsi que des expulsions forcées généralisées. Les Swazis vont élire le 21 septembre les députés qui formeront le nouveau gouvernement pendant les cinq prochaines années.

« Cette élection représente une occasion en or pour le nouveau gouvernement : il doit prendre des mesures globales afin de remédier aux problèmes bien ancrés relatifs aux droits humains », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique australe à Amnesty International.

Le 8 août 2017, le roi Mswati a approuvé la Loi relative à l’ordre public, qui impose de fortes restrictions aux organisateurs de rassemblements publics.

Cette loi ne prévoit aucun mécanisme pour obliger les responsables de l’application des lois à rendre des comptes en cas de recours excessif ou inutile à la force à l’encontre de manifestants ou lors de rassemblements publics.

Le gouvernement continue d’interdire les partis de l’opposition, tandis que des militants politiques sont régulièrement incarcérés pour avoir tenté de s’organiser et de dénoncer le statu quo.

Dans son dernier rapport publié le mois dernier, Amnesty International a mis en lumière les expulsions forcées – qui interviennent souvent dans le but de laisser place à des projets de développement – qui laissent des centaines de personnes sans abri et les appauvrissent encore davantage. Des centaines de personnes risquent encore d’être expulsées de force, principalement parce que la majorité des terres en Eswatini appartiennent au roi : ces personnes n’ont donc aucune garantie de sécurité d’occupation. Le cadre juridique existant n’est pas suffisamment clair au sujet de la propriété des terres.

« Au-delà de ces élections, le pays a besoin de réformes politiques afin de créer un espace pour que tous les citoyens puissent s’exprimer librement et jouir de leurs droits humains. Il faut commencer par mettre un terme aux restrictions abusives des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, tout en instaurant un climat sûr et porteur dans lequel les défenseurs des droits humains et la société civile pourront travailler sans craindre d’être criminalisés, a déclaré Deprose Muchena.

« L’Eswatini ne deviendra une nation prospère que lorsque les droits humains de tous seront respectés, sans discrimination. »

Toutes les infos

Infos liées

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !