États-Unis : 16 ans après, il est temps de fermer Guantánamo

À l’occasion du 16e anniversaire de l’ouverture du tristement célèbre centre de détention de la base navale américaine de Guantánamo Bay, Amnesty International demande une nouvelle fois que les prisonniers qui y sont retenus soient jugés équitablement ou libérés sans délai, et que le centre soit fermé.

« Au fil des ans, Guantánamo en est venu à symboliser la torture, les " restitutions " et la détention sans inculpation ni jugement pour une durée indéterminée – en violation flagrante des normes internationalement reconnues relatives à la justice et aux droits humains. Sa fermeture est à la fois essentielle et attendue de longue date », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

Quarante-et-une personnes sont toujours enfermées à Guantanamo et toutes sont détenues par les autorités américaines depuis plus de 10 ans. La plupart des prisonniers sont détenus sans inculpation et n’ont pas comparu en justice, tandis que d’autres sont jugés dans le cadre de procès iniques par des commissions militaires, et risquent pour certains la peine de mort.

Pour marquer ce 16e anniversaire, Amnesty International met en avant le cas de Toffiq al Bihani, détenu à Guantánamo sans inculpation ni jugement depuis début 2003. Les autorités américaines ont fait clairement savoir qu’elles n’ont pas l’intention de l’inculper d’une quelconque infraction pénale. Toffiq al Bihani a été victime de torture et d’autres mauvais traitements, et de plusieurs années de détention pour une durée indéfinie.

« Il est impensable que Toffiq al Bihani demeure incarcéré à la prison de Guantánamo Bay. Son cas illustre le fait que Guantánamo reste un endroit où les violations des droits humains sont monnaie courante, a déclaré Erika Guevara Rosas.

«  Toffiq al Bihani devrait être transféré vers un pays qui respecte ses droits fondamentaux et il faut trouver pour toutes les autres détentions à Guantánamo une solution respectant pleinement le droit international relatif aux droits humains. Ce centre de détention abominable doit être fermé définitivement.  »

Mohamedou Ould Salahi, ancien détenu de Guantánamo, a déclaré : « Je sais par expérience que le traitement des prisonniers à Guantánamo est cruel et dégradant. Il est consternant que des hommes comme Toffiq al Bihani y soient toujours enfermés. Aux côtés d’Amnesty International, je demande qu’il soit transféré hors de cette prison. »

Les membres d’Amnesty International du monde entier demandent au département américain de la Défense de libérer Toffiq al Bihani de Guantánamo, de trouver pour toutes les autres détentions une solution respectant le droit international relatif aux droits humains et de fermer Guantánamo.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Fermez Guantánamo !

Cette prison de haute sécurité est devenue le symbole de violations massives de droits humains telles que la torture et les détentions illégales. Il est temps de la fermer : signez la pétition !