États-Unis, victimes de violences domestiques et usage d’arme à feu

Selon un nouveau rapport d’Amnesty International, le système judiciaire de la Louisiane (États-Unis) ne remplit pas son devoir envers les victimes de violence domestique, y compris lorsqu’il y a usage d’arme à feu.

Intitulé Fragmented and Unequal : A justice system that fails survivors of intimate partner violence in Louisiana, USA, le rapport s’appuie sur une centaine d’entretiens, dont des rencontres avec des représentants du gouvernement et d’organisations de la société civile et des personnes ayant subi des violences domestiques, notamment par arme à feu.

L’équipe de recherche d’Amnesty International s’est concentrée sur la Louisiane car un certain nombre de changements ont été introduits dans la législation sur la détention d’armes à feu et sur la « violence domestique » ces quatre dernières années. En outre, cet État a l’un des taux les plus élevés du pays en matière d’homicides commis par un partenaire intime.

Des violences qui ne sont pas prises au sérieux, des victimes arrêtées lorsqu’elles demandent de l’aide... Amnesty International a constaté que la réponse de la police, du parquet et des tribunaux est souvent inadéquate et fait parfois courir un plus grand danger aux victimes. Lorsque ces personnes sont noires, sans papiers, LGBTI ou encore amérindiennes, ce risque est particulièrement élevé.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.