Communiqué de presse

États-Unis. Bradley Manning a été acquitté de l’accusation de « collusion avec l’ennemi »

Bien que Bradley Manning ait été acquitté de « collusion avec l’ennemi », le plus grave des chefs d’accusation retenus contre lui, le jugement prononcé contre lui mardi 30 juillet révèle le caractère discutable des priorités du gouvernement américain en matière de sécurité nationale, ce soldat ayant été déclaré coupable de toute une série d’autres infractions, a déclaré Amnesty International.

« Les poursuites engagées par le gouvernement pour "collusion avec l’ennemi" relevaient d’une application bien trop large de la loi, en particulier parce qu’il n’existe aucun élément prouvant de manière crédible que Bradley Manning ait eu l’intention de nuire aux États-Unis en transmettant des informations confidentielles à Wikileaks », a souligné Widney Brown, directrice générale chargée des questions relatives au droit international et à la stratégie politique pour Amnesty International.

« Les priorités du gouvernement sont sens dessus dessous. Il refuse d’enquêter sur des allégations crédibles de torture et d’autres crimes de droit international, en dépit de preuves accablantes.

En revanche, il a décidé de poursuivre Bradley Manning qui essayait semble-t-il de bien faire en révélant des éléments crédibles attestant que le gouvernement a agi illégalement. Lancez plutôt des enquêtes et des poursuites contre ceux qui détruisent la crédibilité du gouvernement en se livrant à des actes tels que la torture, qui sont interdits par la Constitution américaine et par le droit international. »

Les centaines de milliers de documents transmis par Bradley Manning à Wikileaks comprenaient des vidéos et des dossiers selon lesquels des soldats américains, postés à l’étranger, et des éléments de l’Agence centrale du renseignement (CIA), sur le sol américain, auraient commis des violations des droits humains – notamment des atteintes au droit international humanitaire.

Le tribunal a déclaré Bradley Manning coupable de diverses autres charges, notamment de 10 chefs d’accusation moins graves en rapport avec l’utilisation abusive d’informations confidentielles, pour lesquels il avait déjà plaidé coupable.

Toute condamnation prononcée pour les autres chefs d’accusation doit prendre en considération le fait que Bradley Manning avait des raisons de penser qu’il dénonçait de graves atteintes aux droits humains et au droit international humanitaire.

Amnesty International estime que lorsque le gouvernement américain détermine de manière si sélective qui fait l’objet d’enquêtes et de poursuites, il fragilise les efforts en faveur de l’établissement des responsabilités. Cela est particulièrement vrai quand il paraît déterminé à punir ceux qui font des révélations sur les comportements illégaux du gouvernement et à protéger ceux qui se sont livrés à ces comportements ou ont ordonné de le faire.

« Depuis les attentats du 11 septembre, nous avons vu le gouvernement des États-Unis invoquer la question de la sécurité nationale pour défendre toutes sortes d’agissements enfreignant le droit international et le droit américain », a ajouté Widney Brown.

« Il est difficile de ne pas tirer la conclusion que l’objectif du procès de Bradley Manning était d’envoyer le message suivant : s’il vous vient l’idée de révéler des preuves de l’inconduite du gouvernement américain, il se mettra à votre poursuite, et rien ne l’arrêtera. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.