ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE : Droits consulaires : nouvel exemple d’application de « doubles critères » ?

Index AI : USA 51/050/2005
ÉFAI
Jeudi 10 mars 2005

DÉCLARATION PUBLIQUE

Il y a tout juste une semaine, le président George Bush signait un mémorandum adressé au ministre américain de la Justice, dans lequel il affirmait que les États-Unis se conformeraient à l’arrêt obligatoire de la Cour internationale de justice (CIJ) protégeant les droits consulaires des ressortissants étrangers condamnés à la peine capitale. S’en tenant au jugement rendu par la CIJ dans l’affaire Avena le 31 mars 2004, le président annonçait qu’il serait demandé aux tribunaux fédéraux de ré-examiner et de reconsidérer les effets qu’avaient eu les violations de la Convention de Vienne sur les relations consulaires sur les dossiers de 51 ressortissants mexicains, condamnés à la peine capitale.
Dans un mémoire soumis à la Cour suprême des États-Unis concernant l’exécution judiciaire de l’arrêt de la CIJ, le représentant du gouvernement auprès de la Cour suprême avait déclaré que « Se soumettre à l’arrêt de la CIJ sert à protéger les intérêts des ressortissants des États-Unis à l’étranger, promouvoir une conduite effective des relations internationales et souligne l’engagement des États-Unis au sein de la communauté internationale en faveur des règles du droit. » Le représentant du gouvernement auprès de la Cour suprême avait également promis qu’ « un nouveau procès serait ordonné donnant lieu à un nouveau verdict » chaque fois que la révision judiciaire aurait établi que la violation du traité avait porté préjudice à l’accusé.
En dépit de cet engagement écrit de se conformer pleinement au traité, les États-Unis annoncent aujourd’hui leur retrait du Protocole optionnel à la Convention de Vienne sur les relations consulaires concernant le règlement obligatoire des différends, instrument légal international donnant pouvoir à la CIJ d’interpréter et d’appliquer les termes du traité.
Amnesty International salue la décision du président Bush de se conformer à l’arrêt de la CIJ et appelle les tribunaux fédéraux américains à procéder à une révision complète, équitable et significative de tous les dossiers dans lesquels des ressortissants étrangers ont été privés de leurs droits consulaires et condamnés à la peine capitale. Dans le même temps, toutefois, l’organisation s’inquiète de la décision des États-Unis de se retirer du Protocole optionnel à la Convention de Vienne sur les relations consulaires. Ce recul ne saurait s’accorder avec la propre déclaration des États-Unis selon laquelle se soumettre aux décisions de la CIJ sert à protéger les intérêts américains à l’étranger et promouvoir les règles du droit à l’échelle mondiale.
Il ne fait aucun doute que l’accès en temps utile à une assistance consulaire, garanti par la Convention de Vienne, sert à protéger les droits fondamentaux des personnes détenues à l’étranger à travers le monde. Ainsi que l’a lui-même reconnu le gouvernement américain après l’exécution d’un ressortissant paraguayen, Ángel Breard, en Virginie en 1998, « Nous avons pleinement conscience du fait que les États-Unis doivent appliquer aux ressortissants étrangers aux États-Unis un traitement identique à celui que nous attendons pour nos concitoyens à l’étranger. Nous ne pouvons avoir de doubles critères. » Toute mesure prise par les États-Unis pour diminuer l’autorité légale de la Convention de Vienne sur les relations consulaires met un peu plus en danger les personnes détenues à l’étranger, où qu’elles soient dans le monde, y compris les ressortissants américains à l’étranger.

Pour plus d’informations sur l’affaire Avena et l’arrêt rendu par la CIJ, vous pouvez consulter le document suivant (disponible en anglais uniquement) http://web.amnesty.org/library/index/ENGAMR510572004

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.