Communiqué de presse

États-Unis. Il faut mettre un terme à la campagne de vengeance que subit Albert Woodfox depuis 40 ans et le libérer

Les autorités de l’État de Louisiane doivent mettre un terme à leur campagne de vengeance contre Albert Woodfox et le libérer après presque 40 ans d’isolement cellulaire cruel, a déclaré Amnesty International à la veille d’une audience de la cour fédérale d’appel sur cette affaire.

« L’action de l’État de Louisiane ne sert pas l’intérêt de la justice. Son insistance à garder Albert Woodfox derrière les barreaux après des décennies d’isolement cellulaire ressemble fort à une campagne de vengeance, payée par l’argent des contribuables, a indiqué Tessa Murphy, chargée de campagne sur les États-Unis à Amnesty International.

« Il est incompréhensible que l’État continue de le maintenir derrière les barreaux. Sa déclaration de culpabilité a été annulée à trois reprises dans le cadre de cette affaire entachée de graves irrégularités ; pourtant, la Louisiane s’est opposée à tous les recours ordonnés par les tribunaux. »

Le 7 janvier, la cour d’appel du cinquième circuit (cour fédérale qui supervise les appels en Louisiane et dans d’autres États) décidera si elle confirme ou non la décision rendue par un juge fédéral de district en février 2013 qui a annulé la condamnation d’Albert Woodfox. L’État de Louisiane a fait appel de cette décision et demandé à la cour fédérale de rétablir la sentence.

« La Louisiane doit retirer son appel et permettre le maintien de la décision de la cour fédérale. Dans le cas contraire, la cour d’appel du cinquième circuit doit statuer dans l’intérêt de la justice et se prononcer en faveur de la libération d’Albert Woodffox », a estimé Tessa Murphy.

Albert Woodfox a été détenu à l’isolement pendant plus de 41 ans dans le pénitencier d’État de Louisiane connu sous le nom de prison d’Angola. Durant cette période, il a été enfermé dans une cellule exiguë 23 heures par jour, privé de toute interaction sociale véritable et d’un accès à des programmes de réinsertion.

Les registres de la prison montrent qu’Albert Woodfox n’a commis aucune infraction disciplinaire grave en plusieurs décennies et précisent qu’il ne représente aucune menace ni pour lui-même, ni pour autrui.

Albert Woodfox et Herman Wallace ont tous les deux été déclarés coupables du meurtre d’un gardien de prison, Brent Miller, en 1972. Aucune preuve matérielle ne les reliait au crime, et leur culpabilité présumée reposait essentiellement sur la déclaration douteuse d’un seul témoin, qui a bénéficié d’un traitement de faveur en échange de son témoignage. Fondées sur des éléments de preuve douteux, les poursuites engagées à leur encontre ont été émaillées d’erreurs de procédure qui ont été amplement documentées au fil des ans.

Les deux hommes ont toujours fermement nié toute participation à ce crime. Ils pensent avoir été impliqués à tort dans cette affaire du fait de leurs activités militantes en prison, en tant que membres du Parti des Panthères noires.

Herman Wallace a été libéré en octobre 2013, quelques jours avant de mourir d’un cancer du foie. Un juge fédéral a annulé sa condamnation au motif de l’exclusion systématique des femmes dans le grand jury qui l’a condamné lors de son procès en 1974.

« Cela fait trop longtemps que l’État rechigne à réparer l’injustice infligée à Albert Woodfox, a conclu Tessa Murphy.

« Herman Wallace n’a recouvré sa liberté que quelques jours avant de mourir. La justice ne doit pas, encore une fois, être retardée d’une manière si cruelle. »

Complément d’information

La Louisiane doit mettre fin à sa campagne de vengeance contre Albert Woodfox (communiqué de presse).
Justice différée jusqu’à la fin (communiqué de presse).
États-Unis : 100 ans à l’isolement. Les « trois d’Angola » et leur combat pour la justice (voir rapport ci-dessous).

Après la mort d’Herman Wallace, co-accusé d’Albert Woodfox dans l’affaire des « trois d’Angola », Amnesty International a lancé une campagne appelant l’État de Louisiane à libérer Albert Woodfox, en retirant son appel de la décision rendue par la cour fédérale de district.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.