Communiqué de presse

États-Unis. Le maintien en détention d’Albert Woodfox ajoute l’injustice à la souffrance

La décision judiciaire qui se traduit par le maintien en détention d’Albert Woodfox fait peser une nouvelle injustice sur un homme incarcéré depuis des décennies à l’isolement, a déclaré Amnesty International vendredi 12 juin 2015.

Lundi 9 juin, une cour fédérale a ordonné la libération immédiate d’Albert Woodfox, sans laisser à l’État la possibilité de le rejuger. L’État a contesté cette décision et la cour fédérale d’appel du cinquième circuit a statué le 12 juin qu’Albert Woodfox devait rester en détention jusqu’à l’examen de cet appel.

« La terrible décision rendue par la cour fédérale d’appel du cinquième circuit signifie qu’Albert Woodfox, qui a déjà passé 43 ans derrière les barreaux, doit encore attendre avant de recouvrer la liberté. Partout dans le monde, des sympathisants d’Amnesty International espéraient partager sa joie de pouvoir enfin marcher libre. Son maintien en détention est un coup cruel porté à un homme qui a passé plus de 40 années à l’isolement, dans des conditions intolérables », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

La condamnation d’Albert Woodfox a déjà été annulée à trois reprises.

« Les autorités de l’État doivent garantir la libération immédiate d’Albert Woodfox, chaque jour de plus en prison ne fait qu’ajouter une nouvelle injustice dans la vie d’un homme qui n’a que trop souffert. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse