Communiqué de presse

États-Unis. Le Maryland rejoint le mouvement mondial contre la peine de mort

L’État du Maryland (États-Unis) est entré dans la dynamique mondiale contre le recours à la peine capitale, a déclaré Amnesty International jeudi 2 mai après que le gouverneur Martin O’Malley ait promulgué l’abolition de ce châtiment.

La loi sur l’abolition, adoptée en mars 2013 par le corps législatif du Maryland, fait de celui-ci le 18e État américain à abandonner la peine de mort depuis que la Cour suprême fédérale a approuvé de nouvelles lois relatives à ce châtiment en 1976.

« Le Maryland a renoncé à un châtiment qui ne devrait pas avoir sa place dans une société affirmant respecter la dignité humaine, et qui se caractérise aux États-Unis par des discriminations et des erreurs », a indiqué Brian Evans, directeur de la campagne pour l’abolition de la peine de mort menée par la section américaine d’Amnesty International.

« Plus d’un tiers des États américains ont désormais aboli la peine capitale, et nous exhortons les 32 autres, ainsi que le gouvernement fédéral, à suivre leur exemple. »

Amnesty International engage le gouverneur O’Malley à commuer les peines des cinq hommes se trouvant encore dans le quartier des condamnés à mort au Maryland alors que la loi sur l’abolition a été promulguée. Cela permettrait d’éviter la perspective cruelle que l’État applique un châtiment qu’il a à juste titre rejeté.

L’abolition de la peine de mort par le Maryland va dans le sens de la tendance mondiale contre le recours à ce châtiment. Selon le rapport le plus récemment consacré par l’organisation aux statistiques relatives à la peine de mort, malgré quelques revers décevants en 2012, la tendance mondiale en faveur de l’abolition s’est confirmée l’an dernier.

Le mouvement est également en marche aux États-Unis, où quatre États ont adopté des lois afin d’abolir la peine de mort ces cinq dernières années – le Nouveau Mexique en 2009, l’Illinois en 2011, le Connecticut en 2012 et maintenant le Maryland.

Le New Jersey a lui aussi aboli la peine capitale en droit en 2007, l’année où l’État de New York voisin a commué sa dernière condamnation à mort à la suite d’une décision de justice prononcée en 2004, selon laquelle la loi de cet État relative à la peine de mort enfreignait sa Constitution.

À l’inverse, sept autres États américains – le Texas, l’Oklahoma, la Virginie, le Missouri, l’Ohio, l’Alabama et la Floride – ont procédé à près des trois-quarts du millier d’exécutions recensées à l’échelon national depuis 1994. Le Texas est à lui seul responsable de 37 % des exécutions menées aux États-Unis depuis 1976 (lorsque la Cour suprême fédérale a approuvé de nouvelles lois sur la peine capitale), et approche aujourd’hui de sa 500e mise à mort.

Complément d’information

En janvier 2013, quand le gouverneur O’Malley a soumis au corps législatif du Maryland un projet de loi pour l’abolition de la peine de mort dans cet État, il a déclaré que ce châtiment « ne permet pas de prévenir la délinquance violente et les homicides ». Faisant référence à la situation mondiale, il a souligné que les pays abolitionnistes étaient « beaucoup plus nombreux que ceux qui continuent à appliquer la peine de mort ».

Sa position est dans la droite ligne de ce qu’Amnesty International répète depuis le début de sa mobilisation contre la peine capitale, il y a 36 ans : il n’a jamais été démontré de manière convaincante que la peine capitale a un effet particulièrement dissuasif sur la criminalité.

L’organisation s’oppose à la peine de mort en toutes circonstances, quelles que soient la nature ou les circonstances du crime commis ; la culpabilité ou l’innocence ou toute autre situation du condamné ; ou la méthode utilisée pour procéder à l’exécution. La peine de mort constitue le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit, et viole le droit à la vie.

Plus des deux tiers des pays du monde – soit 140 pays – ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique. À la connaissance d’Amnesty International, au moins 682 exécutions ont eu lieu dans 21 pays du monde en 2012. Quelque 1 722 condamnations nouvelles à la peine de mort ont pu être confirmées dans 58 pays, contre 1 923 dans 63 pays l’année précédente.

Pour obtenir de plus amples informations sur les chiffres relatifs à la peine capitale dans le monde, vous pouvez consulter le rapport d’Amnesty International intitulé Condamnations à mort et exécutions en 2012.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.