Éthiopie, Les arrestations des sympathisants de l’opposition doivent cesser

arrestations-ethiopie

Amnesty International a eu la confirmation qu’au moins 75 sympathisant·e·s du Front de libération oromo (FLO) avaient été arrêté·e·s au cours du week-end dans la région d’Oromia, alors que les autorités intensifient leur répression des opinions politiques dissidentes à l’approche des élections législatives.

« La reprise des arrestations de masse de militant·e·s et de sympathisant·e·s de l’opposition est un signe inquiétant. Ces vagues d’arrestations risquent d’entraver le droit à la liberté d’expression et d’association à l’approche des élections de 2020 », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique australe à Amnesty International.

Les arrestations ont été menées dans toute la région d’Oromia, notamment dans les villes de Finchawa (zone de Guji-Ouest) et de Shambu (zone de Horo-Guduru Welega).

Parmi les personnes arrêtées figure Chaltu Takele, une militante politique de premier plan. La police a fait irruption chez ses parents dans la ville de Shambu, dans la zone de Horo-Guduru Welega, à cinq heures du matin le 26 janvier, et l’a arrêtée. Elle est en détention au poste de police de Shambu.

Accusée d’être membre du Front de libération oromo, que le gouvernement éthiopien considérait comme une « organisation terroriste », Chaltu Takele a passé plus de huit ans en prison entre 2008 et 2016. Le Parlement éthiopien a retiré le FLO et d’autres groupes d’opposition politique de la liste des organisations terroristes interdites en 2018. Chaltu Takele avait également été arrêtée et brièvement placée en détention en 2017, puis en 2019 alors qu’elle était enceinte.

Les arrestations menées ce week-end ne sont que les dernières d’une longue série d’arrestations de militant·e·s d’opposition. Depuis février 2019, la police et l’armée d’Éthiopie interpelle des personnes pour les faire suivre un « programme de rééducation ». La plupart de ces personnes ont été libérées entre septembre et novembre 2019, après avoir été maintenues dans différents centres de détention de l’armée et de la police.

Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition