Éthiopie, il faut prévenir les violences lors du référendum de ce 20/11

À la veille du référendum du 20 novembre sur la création d’un État séparé pour le peuple sidama en Éthiopie, Amnesty International demande aux autorités éthiopiennes de prendre toutes les mesures adéquates afin de garantir la non-répétition des violences meurtrières qui ont éclaté lorsque le référendum avait été repoussé en juillet.

«  Les autorités éthiopiennes doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir un scrutin pacifique, et notamment empêcher les forces de sécurité de recourir à la force excessive. Elles doivent garantir la liberté d’expression et de réunion pacifique et veiller à protéger pleinement les droits des membres des groupes ethniques minoritaires au Sidama, a déclaré Seif Magango, directeur adjoint du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International.

« Ce référendum intervient à un moment de fortes tensions, alors que des violences fondées sur les différences ethniques éclatent partout dans le pays et que des personnes sont tuées simplement pour avoir exprimé leurs opinions. »

Aucun bilan officiel n’a été rendu public sur les affrontements en juillet lorsque des manifestations ont éclaté à l’annonce du report du référendum, mais les groupes militants sidamas avancent le chiffre de près de 170 morts.

Les militants demandent la création d’un nouvel État fédéral pour le groupe ethnique sidama, qui fait actuellement partie de la région des Nations, nationalités et peuples du Sud. La Constitution éthiopienne exige du gouvernement qu’il organise un référendum si un groupe ethnique demande un État séparé.

Toutes les infos

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.